NOUVELLES
10/05/2013 07:31 EDT | Actualisé 10/05/2013 08:39 EDT

Guatemala: Ríos Montt condamné à 80 ans de prison pour génocide et crimes de guerre

AP

GUATEMALA - Efrain Rios Montt, 86 ans, premier ancien dictateur latino-américain à être reconnu coupable de génocide, est l'ex-général sous le régime duquel (1982-1983) ont été perpétrés les pires massacres en 36 ans de guerre de civile au Guatemala.

Trente ans après les faits, l'ancien militaire a finalement été jugé entre le 19 mars et le 10 mai et reconnu coupable de génocide pour le massacre de 1 771 indiens dans le département de Quiché (nord), épicentre de la guerre civile qui a violemment secoué le pays jusqu'en 1996.

"Je ne suis pas génocidaire (...) Je n'ai jamais autorisé, jamais signé, jamais ordonné qu'on en attente contre une race, une ethnie ou une religion. Je ne l'ai jamais fait !", s'est-il défendu jeudi d'une voix aiguë mais ferme lors d'une ultime prise de parole devant ses juges.

Petit, un peu fort, toujours véhément malgré son âge, arborant un moustache blanche et des lunettes à monture métallique, il a assisté aux audiences dans d'élégants costumes cravates de bonne coupe, utilisant toutefois des écouteurs pour compenser des problèmes d'audition.

Au nom de la lutte contre-insurrectionnelle, en pleine guerre froide, il avait mis en place une politique de la "terre brûlée" contre des communautés indigènes soupçonnées de soutenir les guérillas de gauche, dans le nord et le nord-est du pays.

Un rapport de l'ONU daté de 1999, présenté par l'accusation lors du procès, recense 626 massacres - dont 500 hameaux rasés - et considère qu'il y a eu "génocide". D'après ce même rapport, plus de 90% des violations des droits de l'homme se sont déroulées entre 1978 et 1984.

Au total, la guerre (1960-1996), a fait 200 000 morts et disparus, d'après les Nations unies, dans ce pays qui compte actuellement 14 millions d'habitants.

Rios Montt pourrait en outre faire face à un nouveau procès pour génocide, pour d'autres massacres commis sous son régime.

Né le 16 juin 1926 dans le département de Huehuetenango, à la frontière avec le Mexique, il a intégré la police militaire à 18 ans. A 20 ans, il a débuté ses études d'officier, pour finir général.

Entré en politique en 1973, il est candidat à l'élection présidentielle pour une coalition de centre gauche, avant de virer ensuite totalement à droite.

Il aurait remporté la présidentielle de 1974, mais une fraude aurait finalement accordé la victoire au général Kjell Eugenio Laugerud.

En lot de consolation, il est envoyé comme attaché militaire à l'ambassade d'Espagne de 1974 a 1977. Issu d'une famille catholique fervente - son frère Mario est évêque auxiliaire - il a renoncé au catholicisme à son retour d'Espagne pour devenir pasteur protestant.

Evangéliste fanatique, il invoquait Dieu dans chacune de ses interventions publiques, profondément moralistes, alors que le pays s'enfonçait dans la violence et le viol systématique des droits humains.

Il avait estimé un jour que le "bon chrétien" avançait muni "d'une bible et d'une mitraillette".

Il est finalement parvenu au pouvoir le 23 mars 1982, à l'issue d'un coup d'Etat contre le général - aujourd'hui décédé - Romeo Lucas Garcia (1978-1982).

Son règne a toutefois été de courte durée, puisqu'il a à son tour été renversé par son ministre de la Défense, Oscar Mejia Victores, le 8 août 1983.

En 1989, Rios Montt a fondé le Front républicain guatémaltèque (FRG, droite), arrivé à la présidence en 1999 avec Alfonso Portillo (2000-2004), aujourd'hui emprisonné pour corruption et réclamé par les Etats-Unis pour blanchiment.

Sous les couleurs du FRG, Rios Montt a été trois fois député, entre 1994 et 2003, mais son plus grand souhait aurait été de revenir au pouvoir.

Bien qu'il soit interdit aux responsables de coups d'Etat de prétendre à la magistrature suprême au Guatemala, il a été candidat à la présidentielle de 2003, où il est arrivé en troisième position.

En 2008, il revient encore à la politique et occupe un siège de parlementaire jusqu'en janvier 2012. Douze jour plus tard, sans immunité parlementaire, il était placé aux arrêts domiciliaires, accusé de génocide.

Efrain Rios Montt est père de deux enfants, Enrique, général retraité, et Zury, ex-député et épouse du sénateur républicain américain de l'Illinois Jerry Weller.