NOUVELLES
10/05/2013 06:44 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Bangladesh: une survivante dans les décombres de l'immeuble effondré

DACCA, Bangladesh - Pendant 17 jours, au Bangladesh, une couturière est demeurée coincée dans une petite zone dégagée d'un sous-sol, alors que des milliers de tonnes de débris gisaient au-dessus d'elle, et que la température extérieure avoisinait les 35 degrés Celsius. Elle a rationné la nourriture et l'eau. Elle a frappé sur un tuyau pour attirer l'attention. Elle perdait rapidement espoir de s'en sortir vivante.

Dans les ruines de l'usine de vêtements de huit étages se trouvant au-dessus d'elle, l'opération de sauvetage avait pris fin depuis longtemps. Les efforts s'étaient plutôt mués en une tâche funèbre consistant à extraire les corps de plus de 1000 personnes tuées dans le cadre du pire accident de l'histoire de l'industrie textile.

Reshma Begum a finalement eu droit à un peu d'espoir lorsque des secouristes ont entendu ses coups. Elle a ensuite été ramenée à la surface en sécurité. Son état était étonnamment bon; elle portait une robe violette et un grand foulard rose.

Le sauvetage a été diffusé sur les ondes de la télévision partout au Bangladesh. Le premier ministre s'est rapidement rendu à l'hôpital, tout comme la famille de la femme pour revoir une personne qu'ils pensaient perdue à jamais.

Le 24 avril, Mme Begum travaillait dans une usine au deuxième étage du Rana Plaza lorsque le bâtiment s'est effondré autour d'elle. Elle dit s'être élancée dans un escalier en direction du sous-sol, où elle s'est retrouvée coincée près d'une salle de prière, dans une grande poche d'air qui lui a permis de survivre.

«Il y avait de la nourriture séchée près de moi; j'en ai mangé pendant 15 jours. Au cours des deux derniers jours, je n'avais plus que de l'eau», a-t-elle déclaré à la télévision.

Plus de 2500 personnes ont été secourues peu de temps après la catastrophe, mais les sauveteurs ont ratissé les décombres pendant près de deux semaines sans trouver de survivants. La dernière personne encore en vie a été découverte le 28 avril, mais un incendie a éclaté pendant les efforts pour la rescaper, provoquant son décès par asphyxie.

Après avoir entendu les voix des secouristes pendant plusieurs jours, Mme Begum a finalement saisi un tuyau en acier et a commencé à le frapper sur le sol, attirant l'attention des travailleurs, a déclaré Abdur Razzak, membre de l'unité de génie de l'armée qui l'a repérée pour la première fois parmi les débris.

«Reshma m'a dit qu'il y avait trois autres personnes avec elle. Elles sont mortes. Elle n'a vu personne d'autre en vie là-bas», a déclaré le major-général Chowdhury Hasan Suhrawardy, le chef des unités militaires locales. Les corps ont finalement été récupérés d'une autre section du bâtiment, pas tellement loin de la survivante, a-t-il précisé.

Les secouristes ont repris les recherches pour trouver d'autres survivants dans le secteur.