NOUVELLES
10/05/2013 12:37 EDT | Actualisé 10/07/2013 05:12 EDT

Américain détenu en Corée du Nord: Dennis Rodman va retourner à Pyongyang

L'ancienne vedette du basket américain Dennis Rodman a affirmé vendredi qu'il prévoyait de se rendre à nouveau en Corée du Nord pour tenter de faire libérer un Américain condamné par Pyongyang à quinze ans de camp de travail.

La flamboyante légende du basket américain a affirmé au site internet TMZ, spécialisé dans l'actualité des célébrités, qu'il reviendrait en Corée du Nord le 1er août dans le but de faire libérer l'Américain d'origine coréenne Kenneth Bae.

Le basketteur, qui s'était rendu en février en Corée du Nord, a déjà appelé mardi son "ami" Kim Jong-un à libérer l'Américain.

"Je retournerai là-bas. Je vais essayer d'obtenir la libération de ce type", affirme le sportif tatoué, dans une vidéo publiée par le site, alors qu'il marche dans la rue à Los Angeles (Californie, ouest des Etats-Unis).

"Ca va être difficile parce que je pense que sa nationalité, son passé, je pense que c'est une situation complètement différente", ajoute-t-il.

Kenneth Bae, dont le nom coréen est Pae Jun-ho, a été condamné la semaine dernière aux travaux forcés parce qu'il a introduit dans le pays du matériel visant à déstabiliser le régime, a indiqué vendredi la Cour suprême nord-coréenne.

Dennis Rodman précise qu'il n'a pas parlé de ce voyage aux autorités américaines et rappelle son amitié avec le dirigeant communiste: "Je ne suis pas un diplomate" et "je ne fais pas de politique. Comme je l'ai dit, c'est mon ami, c'est tout".

Il estime que le président américain Barack Obama, qui n'entend rien concéder au régime nord-coréen tant qu'il ne respectera pas les accords internationaux de désarmement nucléaire, ne peut rien faire.

"On a un président noir, et il peut même pas lui parler. (...) Obama ne peut pas démerder le truc", explique le basketteur.

Pyongyang a déclaré récemment qu'il n'était pas question d'inviter des personnalités américaines pour négocier la libération du citoyen américain.

L'ancien président américain Jimmy Carter avait indiqué ne pas avoir de projet de déplacement en Corée du Nord.

Pyongyang a déjà libéré des Américains après des visites d'émissaires de haut niveau.

Les Etats-Unis ont exigé "la libération immédiate" de Kenneth Bae.

sct-are/jca