NOUVELLES
10/05/2013 04:26 EDT | Actualisé 09/07/2013 05:12 EDT

17 jours après l'effondrement au Bangladesh, une survivante

Une femme est retrouvée vivante vendredi, 17 jours après l'effondrement d'un immeuble qui abritait des ateliers de confection textile, dans la banlieue de Dacca, au Bangladesh.

Alertés par des cris en provenance des décombres, les responsables des secours ont interrompu leurs travaux de nettoyage pour dégager une femme coincée entre une poutre et un pilier, près de la salle de prières aménagée dans l'édifice de huit étages.  « Son nom est Reshmi. Elle avait peut-être des réserves d'eau ou a peut-être bu un peu de l'eau que nous avons injectée dans le bâtiment », a déclaré le chef des pompiers, Ahmed Ali.

Les centaines de travailleurs présents se sont immédiatement rassemblés autour de la scène, applaudissant et priant pour Reshmi. La femme a été transportée à l'hôpital militaire, et a même réussi à esquisser un sourire à la foule.

Il s'agit d'une bonne nouvelle devant un bilan qui ne cesse de s'assombrir. Le nombre de morts a dépassé vendredi le cap du millier, ce qui en fait l'une des pires tragédies à toucher le monde industriel.

L'armée a indiqué que 1041 corps ont été retirés des décombres, un bilan qui pourrait encore s'alourdir à mesure que les opérations de nettoyage se poursuivent.

Environ 2500 personnes ont été secourues vivantes dans les heures suivant l'effondrement.

On ignore le nombre exact de travailleurs encore portés disparus.De plus, 156 corps n'ont pas pu être identifiés et ont été enterrés. De l'ADN a été prélevé pour pouvoir identifier les victimes si les familles venaient à se manifester.

Le Rana Plaza s'est effondré le 24 avril dernier, quelques heures après que des fissures eurent été repérées sur les murs. Les autorités avaient ordonné l'évacuation de l'édifice, mais les patrons d'ateliers ont obligé les employés à continuer le travail.

Neuf personnes ont été arrêtées depuis la tragédie. Le propriétaire de l'immeuble, des directeurs d'ateliers et des ingénieurs seront notamment accusés de négligence. Ils sont également soupçonnés d'avoir utilisé des matériaux de mauvaise qualité pour la construction de l'immeuble, en plus de ne pas avoir obtenu les permis nécessaires.

L'effondrement du Rana Plaza est désormais le pire accident industriel à survenir depuis la catastrophe de Bhopal, en Inde, en 1984. Une fuite de gaz dans une usine de pesticides y avait fait environ 20 000 morts, des milliers de gens ayant succombé à des intoxications dans les années suivant le drame.