Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Raids israéliens: la Syrie répliquera immédiatement à une nouvelle attaque d'Israël

GOLAN HEIGHTS - MAY 07:  (ISRAEL OUT)  Israeli soldiers patrol next to the border fence May 7, 2013 on border with Syria, in the Israeli-annexed Golan Heights. Syria has accused Israel of launching a series of airstrikes on targets near the Lebanon/Syria border, including an arms shipment and the Jamraya research centre, that was thought to produce chemical weapons.  (Photo by Uriel Sinai/Getty Images)
GOLAN HEIGHTS - MAY 07: (ISRAEL OUT) Israeli soldiers patrol next to the border fence May 7, 2013 on border with Syria, in the Israeli-annexed Golan Heights. Syria has accused Israel of launching a series of airstrikes on targets near the Lebanon/Syria border, including an arms shipment and the Jamraya research centre, that was thought to produce chemical weapons. (Photo by Uriel Sinai/Getty Images)

INTERNATIONAL - La Syrie répliquera immédiatement et durement à toute nouvelle attaque d'Israël contre son territoire, a affirmé jeudi 9 mai à l'AFP le vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad. "Instruction a été donnée de répondre immédiatement à toute nouvelle attaque israélienne", a affirmé ce haut responsable à la suite des raids menés vendredi et dimanche par l'aviation israélienne contre les environs de Damas.

"Nos représailles contre Israël seront dures et douloureuses. Israël doit le savoir (...) En aucun cas la Syrie ne permettra que ceci (les attaques israéliennes) se reproduisent", a-t-il souligné. Israël a lancé vendredi et dimanche une série de raids dans la région de Damas, qui visaient selon des responsables israéliens des armes iraniennes destinées au Hezbollah, ce que Téhéran a démenti.

"Il n'y pas d'Iran et de Hezbollah" en Syrie

Fayçal Moqdad a qualifié de "mensonge" les affirmations d'Israël selon lesquelles les frappes visaient le Hezbollah et l'Iran. "Il n'y pas d'Iran et de Hezbollah" en Syrie, a-t-il dit. "Il n'y pas de voitures qui transféraient des armes" vers le Hezbollah au Liban, a-t-il ajouté.

Interrogé sur l'entretien téléphonique qu'a eu lundi le président russe Vladimir Poutine avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, il a répondu: "Je pense qu'il a dû lui dire 'assez c'est assez'. Ces attaques mettent en danger toute la situation au Moyen-Orient et ce type d'action doit cesser".

INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.