POLITIQUE
09/05/2013 12:16 EDT | Actualisé 09/07/2013 05:12 EDT

Crise étudiante: l'opposition se moque de la commission d'examen du PQ

Agence QMI

QUÉBEC - Les principaux partis d'opposition ont tourné en dérision, jeudi, la Commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012, annoncée la veille par le gouvernement péquiste.

Ne manque que l'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois pour siéger à la commission, a ironisé le député libéral Robert Poëti, au cours d'une période de questions houleuse qui a porté presque exclusivement sur le sujet.

«Serge Ménard, ancien ministre péquiste et ex-député du Bloc, présidera la commission. Ce n'est pas un ami, ça? Ce n'est pas partisan? Avez-vous pensé, monsieur le ministre, à demander à Gabriel Nadeau-Dubois d'agir comme secrétaire de la commission?», a-t-il lancé à l'intention du ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Libéraux et caquistes jugent que cette commission, dépourvue du pouvoir de contrainte à témoigner et tenue à huis clos, est teintée de partisanerie politique.

Selon eux, l'exercice est également partial contre la police, comme en fait foi son mandat d'examiner les techniques utilisées par les forces policières lors des manifestations.

En invitant la population à venir dénoncer le travail des policiers, le gouvernement rompt son lien de confiance envers les agents de la paix, a affirmé M. Poëti.

«Vous pensez que les policiers ne font pas un bon travail au Québec? En demandant aux gens «Venez vous plaindre», c'est un désaveu. Vous avez perdu la confiance de vos policiers», a argué le député de Marguerite-Bourgeoys.

«J'aimerais savoir de la part du ministre s'il va préparer une commission équivalente pour enquêter sur l'implication des groupuscules, des anarchistes, des syndicats étudiants et des centrales syndicales dans les épisodes répétés de désobéissance civile», a-t-il ajouté.

La nomination par décret de l'ancienne présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, au poste de commissaire illustre aussi le préjugé de la commission en faveur des manifestants, a soutenu le député Gérard Deltell de la Coalition avenir Québec (CAQ).

À l'appui de ses dires, il a cité un texte signé par Mme Carbonneau le 10 août dernier dans lequel elle vante la «maturité» du mouvement étudiant et dénonce «l'approche méprisante et matamore à l'égard de la jeunesse».

«Mme Carbonneau est l'ex-présidente de la CSN, et qu'est-ce qu'a fait la CSN au printemps dernier? Elle a financé au moins 35 000 $ les carrés rouges, elle a émis six communiqués qui attaquaient les policiers et elle a engagé Gabriel Nadeau-Dubois», a soulevé le député de Chauveau.

Après avoir «tout cédé aux militants étudiants», le gouvernement Marois s'est trouvé une alliée pour blâmer la police, a poursuivi le député.

«C'est une vraie tour de Pise que vous avez créée», a-t-il dit, pointant un doigt accusateur.

Le ministre Bergeron s'est évertué à défendre l'indépendance de la commission dirigée par l'ancien ministre péquiste Serge Ménard, aux côtés de Mme Carbonneau et de l'ex-juge Bernard Grenier.

Que ce soit à propos du travail des policiers ou des gestes commis par les «agitateurs», la commission entendra «tous les Québécois et toutes les Québécoises» qui veulent donner leur point de vue, a-t-il insisté.

Contrairement aux deux autres partis d'opposition, Québec solidaire considère pour sa part que la police est largement responsable des dérapages du printemps érable.

«Il y a eu des débordements, oui, mais ça a été souvent à cause d'interventions policières, malheureusement, inappropriées. Nous voulons que toute la lumière soit faite sur ces interventions», a dit la coporte-parole Françoise David.

La députée de Gouin ne partage pas l'analyse des libéraux et des caquistes mais n'est pas pour autant satisfaite de la commission mise sur pied par le gouvernement péquiste.

«La commission annoncée hier ne répond pas aux demandes de nombreux groupes. Pourquoi le ministre ne met-il pas en place une véritable enquête publique avec des pouvoirs contraignants pour entendre des témoins?», a demandé Mme David.

À son avis, Québec devrait s'inspirer de l'Ontario où une enquête publique indépendante a démontré «la répression policière» observée pendant le Sommet du G20 de 2010 à Toronto.

Le ministre Bergeron trouve dans ces critiques un certain réconfort. Les voix qui s'élèvent tant à gauche qu'à droite prouvent, à ses yeux, que la commission ne penche ni d'un bord ni de l'autre.

«D'un côté, il y a l'opposition officielle, le deuxième groupe d'opposition qui nous accusent de trop mettre l'emphase sur les opérations policières; d'un autre côté, il y a Québec solidaire qui nous accuse de ne pas mettre suffisamment d'emphase sur les opérations policières. (...) C'est donc une commission équilibrée», a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le meilleur et le pire du gouvernement Marois Voyez les images