NOUVELLES
08/05/2013 01:54 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Ottawa crée une escouade pour s'attaquer à l'évasion fiscale

OTTAWA - Le gouvernement conservateur veut s'attaquer à l'évasion fiscale, mais avec des moyens vite qualifiés de «peanuts» par l'opposition.

Ottawa entend créer une escouade qui aura pour mission de traquer les milliards de dollars cachés dans des abris fiscaux à l'étranger. Il y accordera 30 millions $ sur cinq ans, dont la moitié était déjà annoncée dans le budget du mois de mars, et l'autre sera prélevée à même les fonds opérationnels de Revenu Canada.

Le groupe — comparé à un corps policier spécialisé par le ministre Maxime Bernier — comptera entre six et 10 personnes, déjà à l'emploi de l'agence.

«Ici, c'est un peu la SWAT team du système fiscal canadien. Ça va être les gens qui vont donner un support aux enquêteurs, des spécialistes. Ils n'ont pas besoin d'être une centaine», a illustré M. Bernier.

L'équipe se verra dotée d'un nouvel outil permettant de suivre la trace des transferts électroniques de fonds à l'étranger de plus de 10 000 $.

En conférence de presse mercredi, la ministre du Revenu, Gail Shea, a prévenu les tricheurs qu'ils feraient mieux de montrer patte blanche dès aujourd'hui.

«Quiconque essaie de cacher de grosses sommes d'argent à l'étranger devrait savoir cela: ils devraient déclarer tous leurs actifs maintenant, avant que l'agence les poursuive», a averti Mme Shea.

Son annonce survient alors que l'Agence du revenu a dû encaisser des compressions budgétaires majeures, une somme frisant les 300 millions $ en trois ans.

Devant ces coupes, les sommes allouées par le fédéral mercredi ont l'apparence de «peanuts», a signalé le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair.

«Ça ne compense même pas pour ce qu'ils ont déjà enlevé. C'est un problème énorme (...). Et qui prend le relai pendant ce temps-là? C'est monsieur et madame Tout-le-monde qui doit payer plus d'impôts», a déploré le leader du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Le chef libéral Justin Trudeau croit pour sa part qu'il est nécessaire qu'Ottawa «fasse une étude pour savoir exactement à quoi s'attendre en terme d'évasion fiscale». À ses yeux, s'il veut prendre le problème au sérieux, le gouvernement devrait d'abord avoir un portrait global de la situation.

La semaine dernière, le vérificateur général Michael Ferguson avait relevé que la somme cumulative des impôts impayés par les Canadiens s'élevait désormais à 29 milliards $, une somme mirobolante qui n'a aucune commune mesure avec celle de l'annonce d'aujourd'hui, selon le chef bloquiste Daniel Paillé.

«S’ils veulent être sérieux, ils doivent s'attaquer aux impôts non payés, aux paradis fiscaux et à l'évasion fiscale, pas faire un show de boucane de 30 millions sur cinq ans», a-t-il ironisé.