NOUVELLES
08/05/2013 09:06 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Les mises en chantier ont continué de ralentir au Canada en avril

OTTAWA - Le marché canadien de l'habitation poursuit sa descente vers des niveaux plus durables, mais il évite pour le moment un effondrement qui affecterait l'économie dans son ensemble.

Les plus récentes données sur les mises en chantiers, rendues publiques mercredi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), démontrent que la construction a reculé à 15 390 mises en chantier en avril, pour un taux annuel désaisonnalisé de 174 858 unités, comparativement à 181 146 en mars.

Cette diminution tient essentiellement aux baisses enregistrées en Ontario, en Colombie-Britannique et dans les provinces de l'Atlantique, en particulier dans le segment des copropriétés.

«Les constructeurs d'habitations canadiens font face à une nouvelle réalité, celle où le boom de l'immobilier qui durait depuis une décennie est terminé, et ils se replient en bon ordre», a fait remarquer mercredi l'économiste Sal Guatieri, de BMO Marchés des capitaux.

Le mois dernier, le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a affirmé devant un comité parlementaire que tous les indicateurs allaient dans la bonne direction et que l'endettement des ménages s'était stabilisé, bien qu'il demeure au niveau extrêmement élevé de 165 pour cent du revenu disponible.

Les mises en chantier d'avril correspondent aux attentes des économistes et sont légèrement inférieures à la moyenne du premier trimestre.

Dans les centres urbains, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier s'est replié de 2,5 pour cent, à 153 528. Cette diminution est surtout attribuable au segment des logements collectifs, dans lequel les mises en chantier ont baissé de 3,5 pour cent et se sont chiffrées à 93 469. Le nombre de mises en chantier de maisons individuelles en milieu urbain est resté plutôt inchangé en avril par rapport au mois précédent, s'étant établi à 60 059.

Sur le plan régional, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier en milieu urbain a diminué en Atlantique (40,8 pour cent), en Ontario (14,9 pour cent) et en Colombie-Britannique (5,6 pour cent). Il a cependant augmenté de 14,8 pour cent au Québec et de 9,3 pour cent dans les Prairies.

Selon la SCHL, la tendance des mises en chantier d'habitations au Québec se chiffrait à 32 561 en avril. Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations. Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 32 935 le mois dernier, en hausse par rapport à celui de 28 688 enregistré en mars.