NOUVELLES
08/05/2013 09:44 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Le pétrole ouvre en légère hausse à New York, avant les stocks américains

Les cours du pétrole ont ouvert en légère hausse mercredi à New York, soutenus par un regain d'appétit pour le risque dans le secteur des matières premières, dans un marché qui restait prudent avant les stocks de pétrole aux Etats-Unis.

Vers 13H20 GMT, le baril de référence pour livraison en juin avançait de 48 cents à 96,10 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les prix de l'or noir "s'apprécient dans le sillage d'autres matières premières comme l'or ou le cuivre qui profitent de l'humeur relativement bonne des courtiers, qui les rend plus enclins au risque", a expliqué Bart Melek de TD Securities.

"On peut voir que le marché reste persuadé que les banques centrales dans le monde vont poursuivre leurs politiques d'apaisement monétaire" et stimuler l'investissement.

A la Bourse de New York, l'indice vedette Dow Jones avait clôturé mardi pour la première fois de son histoire au-dessus du seuil psychologique des 15.000 points, à la suite notamment de l'annonce d'un coup de pouce à l'économie de la banque centrale australienne.

D'autre part, de bons chiffres sur le front du commerce extérieur chinois accentuaient cette humeur, le géant asiatique ayant fait part mercredi d'un excédent commercial robuste au mois d'avril supérieur aux attentes, a remarqué Bob Yawger de Mizuho Securities.

En Europe, les opérateurs ont aussi salué le chiffre bien meilleur qu'attendu de la production industrielle allemande en mars qui a enregistré une hausse de 1,2% sur un mois.

Le marché restait toutefois prudent peu avant la publication du rapport hebdomadaire du département de l'Energie (DoE), considéré comme un baromètre de la demande énergétique des Etats-Unis, le premier consommateur de pétrole au monde.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une hausse des stocks de brut de 1,7 million de barils sur la semaine achevée le 3 mai.

Ces réserves s'étaient hissées la semaine précédente à leur plus haut niveau depuis au moins 1982.

Les stocks d'essence, très surveillés aussi à l'approche de la saison estivale des grands déplacements en voiture, sont attendus par les analystes en baisse de 300.000 barils, et les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) en hausse de 400.000 barils.

ppa/sl/sam