NOUVELLES
07/05/2013 04:06 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

La visite aux É-U de la leader sud-coréenne démontre l'échec du Nord, dit Obama

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a déclaré mardi que la Corée du Nord ne pouvait plus créer une crise internationale avec ses provocations nucléaires, affirmant que les États-Unis et la Corée du Sud pouvaient pleinement se défendre.

Après sa rencontre avec la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, qui en était à sa première visite officielle aux États-Unis, M. Obama a déclaré que les jours où la Corée du Nord pouvait créer une crise et ainsi obtenir des concessions étaient terminés.

La visite de Mme Park soulignait le 60e anniversaire de l'alliance entre les États-Unis et la Corée du Sud.

M. Obama a soutenu que Pyongyang avait échoué à brouiller les relations entre Washington et Séoul ainsi qu'à obtenir du respect à l'international avec ses menaces.

Pour lui, la rencontre États-Unis—Corée du Sud à la Maison-Blanche était une preuve que la Corée du Nord avait «échoué à nouveau».

Les responsables américains ont fait valoir qu'à l'approche de la rencontre, la Corée du Nord a fait marche arrière avec ses menaces en retirant de son aire de lancement un ensemble de missiles balistiques à portée moyenne.

M. Obama a raconté qu'il ne connaissait pas personnellement le jeune leader nord-coréen Kim Jung Un et qu'il ne lui avait jamais parlé, mais il a insisté qu'il n'était pas trop tard pour qu'il change de cap.

Mme Park a été accueillie en grande pompe à la Maison-Blanche. Plus tard mercredi, elle et M. Obama s'adresseront au Congrès.

M. Obama a discuté de la grande amitié entre les deux pays et a décrit la présidente comme étant «coriace».

Il a également blagué sur la «vague culturelle coréenne» qui avait frappé les États-Unis, expliquant que ses filles lui avaient appris à danser sur le hit coréen «Gangnam Style» de façon plutôt convaincante.