NOUVELLES
07/05/2013 04:41 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

Jim Popp est satisfait de la cuvée 2013, mais n'a pas terminé ses emplettes

MONTRÉAL - Le directeur général des Alouettes de Montréal, Jim Popp, est plutôt satisfait de la récolte de joueurs sélectionnés lors du repêchage de la Ligue canadienne de football, lundi. Mais ses emplettes ne sont pas terminées pour autant.

La formation montréalaise a fait main basse sur neuf espoirs lors de l'encan 2013, dont les choix de premier tour Mike Edem et Steven Lumbala, choisis aux troisième et cinquième échelons.

Mais au moment d'effectuer sa dernière sélection de la journée — le receveur de passes Damone Blackman, choisi 57e au total — Popp avait encore quelques noms sur sa liste, des noms qu'il tentera de mettre sous contrat au cours des prochaines semaines.

«Ces joueurs profitent maintenant de l'autonomie et nous allons tenter d'en mettre quelques-uns sous contrat. J'avais encore quatre ou cinq noms sur ma liste, a dit Popp au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse Canadienne. On affiche déjà complet pour le camp d'entraînement, mais il y quelques gars qui nous intéressent vraiment. On va tenter de voir si on ne peut pas faire de la place pour quelques-uns d'entre eux.»

Entre-temps, il est vraiment emballé par ses deux premiers choix.

«Edem est un athlète incroyable. Il a joué à trois positions différentes à l'Université de Calgary: ailier défensif, secondeur extérieur et demi de sûreté. Il est plus à l'aise dans ces deux derniers rôles. Il a un physique élancé et fort. Nous allons lui jeter un bon coup d'oeil à ces deux positions.

«En ce qui a trait à Lumbala, il est l'un des rares demis offensifs qui peut tout faire. C'est un gars polyvalent, qui fait souvent mal paraître le premier gars à le rejoindre. Il peut capter des passes dans le champ arrière et surtout, probablement ce qui est le plus important dans notre système de jeu, il peut bloquer tous ceux qui tenteront de rejoindre notre quart et les arrêter net.

«Ces deux gars sont importants à nos yeux, car ils peuvent se présenter et livrer bataille pour un poste immédiatement. Ils peuvent aussi modifier notre ratio de joueurs canadiens et non canadiens si le besoin s'en fait sentir en compagnie des autres joueurs dont nous disposons à ces positions, comme Marc-Olivier Brouillette, Shea Emry et Jerome Messam, que nous avons embauché cet hiver.»

Popp n'a pas manqué de repêcher des joueurs en provenance du Québec lors de ce repêchage, quatre sur les neufs: Lumdala, Jesse Joseph (23e), Nicolas Boulay (30e) et Simon Légaré (47e).

«On peut diviser ce repêchage en trois parties, a expliqué Popp. En première ronde, nous avons choisi des joueurs qui avaient une véritable chance de changer notre ratio. Au milieu, nous avons effectué des choix pour le futur qui pourraient nous aider dans un an ou deux. À la fin du repêchage, nous avons pris des joueurs à des positions que nous voulons développer pour le futur, ce qui nous a également permis de repêcher deux joueurs locaux qui correspondaient à ce critère.»

Pour Boulay, être sélectionné par les Alouettes représente la réalisation d'un rêve.

«Absolument! Étant de Montréal, on allait voir les matchs avec ma famille (dont son frère Mathieu, un joueur autonome qui a porté les couleurs des Roughriders de la Saskatchewan en 2011). On regardait Mike Pringle et Tracy Ham jouer, puis Anthony Calvillo. Ça va d'ailleurs être quelque chose de jouer avec lui: ç'a été une idole pour moi. Je suis vraiment fier de faire partie de cette belle organisation.»

La sélection de Légaré, au sixième tour, l'a quelque peu surpris, compte tenu qu'une blessure l'a empêché de se faire valoir l'an dernier.

«Une blessure à la cheville m'a empêché de recevoir un invitation pour le camp d'évaluation de la Ligue canadienne et j'ai dû aller à Toronto pour celui mis sur pied par (l'ex-joueur de la LCF et analyste du réseau TSN) Duane Forde, a-t-il expliqué. Quelques équipes avaient démontré de l'intérêt, mais je ne m'attendais pas vraiment à être repêché, peut-être plus à recevoir une invitation pour un camp. J'ai été assez surpris.

«Cette sélection me permet d'éviter tout le processus des camps d'évaluation la saison prochaine. Je sais que les Alouettes vont travailler avec moi au cours des prochaines années pour me développer.»

«Légaré est un gars qui se développe très bien au poste de garde à gauche à l'Université de Montréal. Nous aimons son gabarit et de la façon dont il se comporte sur le terrain et à quel point il s'est amélioré, a dit Popp du colosse de six pieds quatre pouces et 275 livres. Il sera à son mieux alors qu'il disputera sa quatrième saison universitaire. Il continuera de s'améliorer et c'est ce que nous faisons habituellement avec nos joueurs de ligne offensive: prendre le temps de les développer.»

Ça ne veut pas dire que Légaré n'aura pas la chance de percer la formation des Alouettes dès cette saison, mais Popp croit qu'il serait bénéfique pour lui de retourner rejoindre les protégés de Danny Maciocia s'il n'est pas retenu par l'entraîneur-chef Dan Hawkins.

«Je ne sais pas, nous verrons comment il se débrouillera au camp. Pour vos joueurs de ligne, s'ils ne sont pas retenus à la première occasion — comme c'est arrivé pour Scott Flory et Luc Brodeur-Jourdain — ils doivent retourner à l'université. Flory et Brodeur-Jourdain l'ont fait et, l'année suivante, ils se sont retrouvés sur notre formation partante.»