NOUVELLES
07/05/2013 04:24 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Effondrement au Bangladesh : le bilan passe à 700 morts

Des centaines de travailleurs qui ont survécu à l'effondrement d'un immeuble il y a dix jours, au Bangladesh, ont manifesté mardi pour réclamer une compensation, pendant que le bilan de la catastrophe dépassait les 700 morts.

Les policiers responsables des opérations de secours ont indiqué que le bilan avait atteint 705 morts mardi après-midi, alors que les secouristes retiraient d'autres corps des décombres de l'édifice de huit étages qui s'est effondré le 24 avril.

Les cinq usines du bâtiment fabriquaient des vêtements pour les détaillants majeurs de la planète, dont Joe Fresh, du géant canadien La Compagnie Loblaw.

Le désastre est la pire catastrophe industrielle du Bangladesh et le pire accident du secteur du vêtement dans le monde, ainsi que l'un des plus graves accidents de travail jamais survenu sur la planète.

Personne ne sait à combien s'élèvera le bilan, puisque le nombre exact de personnes qui se trouvaient dans l'édifice Rana Plaza au moment de son effondrement n'est pas connu. Plus de 2500 personnes ont été secourues vivantes.

Protestations

Des centaines de ces survivants ont bloqué une importante route près du site de l'accident, en banlieue de Dacca, pour réclamer le versement de leurs salaires et d'autres compensations. On ne signale aucun incident violent, mais la circulation automobile a été perturbée pendant plusieurs heures.

Un responsable a indiqué que les autorités locales collaborent avec l'Association des manufacturiers et exportateurs de vêtements du Bangladesh pour assurer que les travailleurs seront payés.

Les travailleurs, qui gagnaient à peine plus que le salaire minimum d'environ 38 $ US par mois, exigent au moins quatre mois de salaire. Ils ont accepté de libérer la route après qu'on leur eut promis qu'ils seront payés au cours des prochaines heures.

Le Bangladesh tire 20 milliards de dollars américains par année de l'exportation de vêtements, essentiellement vers l'Europe et les États-Unis.

Les autorités n'ont pas fixé de date limite pour la fin des opérations de recherche, disant qu'ils continueront jusqu'à ce que tous les corps et les débris soient retirés.

Les responsables allèguent que le propriétaire de l'immeuble a illégalement ajouté trois étages au Rana Plaza et qu'il a permis aux usines de vêtements d'y installer de la machinerie lourde et des génératrices.


Associated Press