NOUVELLES
07/05/2013 12:17 EDT | Actualisé 07/07/2013 05:12 EDT

Clip d'Indochine: Xavier Dolan accuse Françoise Laborde d'avoir 35 ans de retard

Dans une lettre ouverte publiée en exclusivité sur le site du Huffington post Québec, le réalisateur Xavier Dolan accuse Françoise Laborde, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) en France, d'avoir un retard de 35 ans dans le débat sur la violence à l'écran. Il souligne que l'arrivée des plateformes de diffusion en ligner change la donne.

La semaine dernière, Françoise Laborde avait formulé de vives critiques sur College Boy, le dernier vidéo d'Indochine réalisé par Xavier Dolan, pour son contenu violent explicite.

Il souligne qu'en 1990, il lui aurait écrit pour que vive le clip, car la décision du CSA lui aurait donné la vie ou la mort.

« Vingt-trois ans plus tard, les plateformes de diffusion en ligne ont pu nous assurer, depuis jeudi dernier, un nombre de visionnages approchant le million. En effet, l'Internet veillera à la survie de ce document produit non pas dans l'optique d'exploiter la violence de manière superficielle, mais bien dans celle de fournir à la jeunesse une oeuvre à la fois réaliste et poétique, et qui puisse illustrer de manière graphique la brutalité dont ils sont à tour les dépositaires, instigateurs, ou témoins », écrit Xavier Dolan.

Le jeune réalisateur se demande aussi pourquoi on ne se formalise pas plus de la sexualisation de la jeunesse et de l'objectualisation de la femme.

« Les outrances du début du siècle ainsi que nos prises de position d'alors sont-elles encore aussi passionnées ou se sont-elles transformées en velléités de sanctions visant à justifier l'existence des bureaux de censure rendus désuets par l'autocratie du net? Tout le monde était scandalisé quand le clip Baby One More Time de Britney Spears est sorti en 1999. Je le revois aujourd'hui et suis persuadé que l'adolescent lambda se demanderait pourquoi Britney Spears porte autant de vêtements. »

Françoise Laborde préside le groupe de travail sur la jeunesse et la protection des mineurs du CSA. Elle a souligné que la vidéo serait au minimum interdit aux moins de 16 ans et peut-être aux moins de 18 ans.

Au Québec, la responsable des communications chez Musique Plus, Guylaine O'Farrell, a confirmé que la station musicale ne diffuserait pas le clip.