NOUVELLES
06/05/2013 04:12 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Wall Street finit sans direction, le S&P 500 bat son record

Wall Street a terminé sans direction lundi même si l'indice élargi S&P 500, le plus suivi par les investisseurs américains à la Bourse de New York, a battu son record historique pour la troisième séance d'affilée dans un marché aidé par les bonnes performances des valeurs bancaires et d'Apple.

Selon des résultats définitifs, le S&P 500 a gagné 0,19% ou 3,08 points, à 1.617,50 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a progressé de 0,42%, ou 14,34 points, à 3.392,97 points, un nouveau sommet depuis novembre 2000.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a de son côté lâché 0,03% ou 5,07 points, à 14.968,89 points.

"Le marché a atteint de nouveaux records alors même qu'on n'avait pas beaucoup de nouvelles informations à exploiter et que les volumes sont restés faibles", a remarqué Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Mais les indices ont progressé "sur la base d'élements techniques, le marché se nourrit de lui-même", a-t-il ajouté.

Fait notable à ses yeux: les valeurs bancaires ont mené la danse, Bank of America finissant par exemple en hausse de plus de 5%. Le géant informatique Apple a de son côté engrangé plus de 2%, participant à l'avancée du Nasdaq dont il est le membre le plus important.

Pour Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management, la séance a aussi été l'occasion pour les investisseurs de se détourner de valeurs considérées comme "défensives", à l'instar des compagnies de produits de grande consommation comme Coca-Cola, ou pharmaceutiques comme Procter and Gamble, pour favoriser des groupes jugés plus "cycliques", comme les industriels Caterpillar ou Alcoa.

De nouveaux commentaires du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, qui a répété lundi que l'institution était prête, si besoin, à abaisser de nouveau ses taux, sont également venus aider le marché, selon M. Cardillo.

Le marché accueille habituellement très positivement toute indication d'un renforcement des politiques monétaires très accommodantes des banques centrales, qu'elles soient américaine, japonaise ou européenne.

Le marché obligataire a terminé en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a augmenté à 1,771% contre 1,752% vendredi soir, et celui à 30 ans à 2,986% contre 2,966% en fin de semaine dernière.

jum/ved/bdx