NOUVELLES
06/05/2013 04:06 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Traitement de chimiothérapie dilué: l'étiquette manquait de précision

TORONTO, ONTARIO, - Une firme intermédiaire entre les hôpitaux et l'entreprise qui a fourni des traitements de chimiothérapie dilués à des patients atteints du cancer affirme que l'étiquette apposée sur le médicament n'était pas suffisamment précise.

Des représentants de Medbuy, qui a chapeauté le contrat conclu entre la société Marchese Hospital Solutions et quatre hôpitaux de l'Ontario, a déclaré que la pharmaceutique aurait dû fournir des descriptions plus précises sur le contenu de ses médicaments.

Ils ont soutenu, devant une commission parlementaire lundi, que le pharmacien ayant supervisé la production des mélanges de liquide salin et de médicament aurait dû prendre en compte la quantité de liquide salin déjà contenu dans les sachets.

Ces produits, qui contenaient un mélange de cyclophospamide, de gemcitabine et de liquide salin additionnel, ont été distribués dans quatre hôpitaux de l'Ontario et un autre du Nouveau-Brunswick. Le mélange ainsi produit a réduit la concentration du médicament d'environ 20 pour cent.

Certains des 1200 patients touchés par cette affaire ont reçu le traitement dilué pendant un an.

Les équipes des établissements hospitaliers se servaient du mélange distribué pour préparer des traitements de chimiothérapie, mais ignoraient que le contenu salin en était trop élevé. Un aide-pharmacien de l'hôpital de Peterborough a par la suite remarqué que les produits de Marchese ne faisaient mention que de la quantité de gemcitabine, et n'indiquaient pas la concentration finale du médicament pour chaque millilitre de liquide salin.

Le gouvernement de l'Ontario et Santé Canada ont reconnu qu'ils ignoraient si d'autres sociétés, outre Marchese, procédaient de la sorte.