NOUVELLES
06/05/2013 04:35 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Selon un rapport interne, le Canada a été pris de court par le Printemps arabe

OTTAWA - Le gouvernement du Canada a été pris de court par le «Printemps arabe», selon un rapport interne.

Par ailleurs, l'évaluation des capacités des renseignements stratégiques laisse croire que le Canada pourrait de nouveau se faire surprendre.

Rédigé par la division Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), le rapport s'est penché sur la façon dont les analystes du Bureau du conseil privé ont évalué les changements majeurs survenus au Proche-Orient jusqu'en 2011.

Le rapport conclut que les analystes n'avaient pas anticipé l'ampleur des manifestations et les changements de régimes, mais souligne que ce fut aussi le cas des universitaires, des médias, des organisations non-gouvernementales et d'autres analystes des secteurs privés.

Le rapport note que le personnel du Conseil privé — le «ministère du premier ministre» — a su évaluer la signification des événements une fois en cours, et prévoir de potentiels dénouements.

Mais le rapport suggère que les analystes doivent aller au-delà de l'analyse d'événements déjà connus du public, et envisager de possibles tendances pour éviter d'être de nouveau pris de court.