NOUVELLES
06/05/2013 08:38 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Des voix s'élèvent pour dénoncer le projet d'ouvrir à l'année la côte Gilmour

Au moment où l'administration Labeaume attend toujours une décision de la Commission des champs de bataille nationaux (CCNB) au sujet de l'ouverture à l'année de la côte Gilmour, des voix s'élèvent pour dénoncer le projet.

La présidente du conseil de quartier de Montcalm, Lise Santerre, s'oppose vivement à l'ouverture, 365 jours par année, de l'artère reliant la Grande Allée au boulevard Champlain.

Mme Santerre rappelle qu'en octobre dernier, des citoyens ont signé une pétition pour s'opposer au projet. Selon elle, l'étude d'évaluation des enjeux liés à l'ouverture à l'année de la côte Gilmour, commandée l'automne dernier par la CCNB, présente clairement les conséquences néfastes d'un tel projet sur les plans économique et environnemental.

Dans cette étude, le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada a souligné que l'ouverture de l'axe routier en hiver devrait tenir compte de la protection et la préservation des valeurs de la CCBN.

L'étude stipule que le projet est réalisable, mais qu'il faudrait améliorer la sécurité des usagers, minimiser les impacts environnementaux et préserver l'intégrité du site. Pour atteindre cet objectif, le mur de soutènement devrait être remplacé, en plus de construire un trottoir le long de la côte et un escalier pour les piétons reliant le boulevard Champlain et le haut de la côte Gilmour.

« Tous les arguments vont à l'encontre de ce projet-là et à l'encontre du plan de développement durable de la Commission des champs de bataille, qui ne s'est pas encore prononcé », plaide Mme Santerre. Cette dernière ajoute que la décision d'ouvrir à l'année la côte Gilmour irait aussi à l'encontre du Plan de mobilité durable de la Ville de Québec.

Rappelons que la Ville de Québec a récemment débloqué une somme de 286 000 $ pour effectuer des plans et devis requis afin de réaliser les travaux d'aménagement de la côte Gilmour, en attendant une décision de la CCNB.

Or, pour Mme Santerre, il s'agit d'un non-sens. La présidente du conseil de quartier de Montcalm estime que beaucoup de questions demeurent sans réponse pour le moment. Elle reproche à la Ville d'aller de l'avant avec des sommes au moment où la CCNB n'a pas encore pris de décision.

L'achalandage sur la côte Gilmour est approximativement de 9000 véhicules par jour en semaine et de 4300 les jours de fin de semaine.