POLITIQUE
29/04/2013 11:41 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT

La bataille de Londres : Québec n'abandonne pas le dossier

CP

La première ministre Pauline Marois soutient que son gouvernement n'entend pas en rester là dans le dossier du rapatriement de la Constitution.

Vendredi, la Cour suprême du Canada a annoncé qu'elle n'a rien trouvé dans ses documents qui permette de croire que l'ancien juge en chef Bora Laskin et l'ancien juge Willard Estey auraient discuté du rapatriement.

Pauline Marois a déclaré que cette réponse était inacceptable et que le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, ferait une annonce lundi près-midi concernant les intentions du gouvernement. « Nous voulons aller plus loin », a affirmé Pauline Marois. « Les Québécois ont droit à la vérité. »

La première ministre a rappelé que l'Assemblée nationale avait voté à l'unanimité, le 16 avril, pour forcer Ottawa à dévoiler ses archives sur le rapatriement de la Constitution.

La première ministre était à Saint-Jérôme en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, pour annoncer des investissements dans les infrastructures de santé de la région.