Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Venezuela : l'opposition appelle au dialogue

L'opposition a appelé le pouvoir au dialogue au Venezuela, au lendemain de manifestations violentes dénonçant l'élection de Nicolas Maduro à la tête de l'État qui ont fait 7 morts et une soixantaine de blessés.

Le chef de l'opposition Henrique Capriles, qui réclame un nouveau comptage des bulletins de vote, a annulé une manifestation de ses partisans qui devait avoir lieu mercredi, déclarant que ses adversaires cherchaient à « infiltrer » ce rassemblement pour déclencher des violences.

Nicolas Maduro, dont le Conseil national électoral (CNE) a proclamé officiellement la victoire avec environ 51 % des voix, avait de toute façon interdit la manifestation, estimant que l'opposition cherchait à faire un coup d'Etat.

Henrique Capriles a tendu la main à son adversaire. « Nous sommes disponibles pour ouvrir un dialogue, afin que cette crise soit réglée dans les prochaines heures », a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à son quartier général.

Les deux camps se renvoient la balle quant à la responsabilité des violences de lundi soir. « Ils ont été tués par les hordes fascistes », a déclaré M. Maduro à la télévision. Il a également qualifié la demande de recomptage de l'opposition de « caprices de bourgeois », ajoutant « S'ils veulent me renverser, qu'ils viennent me chercher. Je suis là avec un peuple et une armée ».

Le président élu a annoncé la mise en place d'une enquête à l'encontre d'un « petit groupe de militaires », soupçonnés d'avoir été contactés par l'opposition.

« Ceux qui attaquent le pays doivent aller en prison », a-t-il affirmé, assurant que « tous les foyers de violence seront neutralisés ».

Auteur du meilleur score jamais réalisé par l'opposition, Henrique Capriles continue de reprocher aux autorités électorales d'avoir proclamé vainqueur M. Maduro (50,75 % contre 48,97 %), sans avoir procédé à un nouveau comptage.

Les Etats-Unis et l'Organisation des Etats américains ont aussi mis en cause mardi l'officialisation de la victoire de M. Maduro, tout en appelant les Vénézuéliens à « cesser les violences ».

Le CNE, cible de l'opposition, assure que le système de vote électronique est infaillible et incite M. Capriles à utiliser les « voies légales » en déposant un recours.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.