Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Association hôtelière déçue des nouveaux comptes de taxes

L'Association hôtelière de la région de Québec se dit déçue de la révision des comptes de taxes de ses membres par l'administration Labeaume. Pour plusieurs hôteliers, les diminutions de taxes consenties en début d'année sont devenues des hausses même si la valeur des propriétés est demeurée inchangée.

« Plusieurs sont déçus étant donné qu'au mois de janvier ils avaient reçu des baisses. Certains avaient prévu de faire des rénovations ou d'améliorer leur propriété avec ces baisses et, plus tard, on leur enlève », déplore la directrice générale, Natasha Desbiens.

Cette nouvelle hausse survient dans un contexte un peu plus difficile pour l'industrie. Natasha Desbiens note que depuis 2009 les hôteliers ont subi des hausses très importantes de taxes alors que leurs revenus stagnent et leurs dépenses augmentent.

La directrice a consulté plusieurs de ses membres, mais ne peut chiffrer la hausse moyenne des nouveaux comptes de taxes. Selon elle, ce ne sont pas que les grands hôtels qui voient leur facture grimper considérablement. « On peut constater qu'ils sont plus touchés parce que leur valeur est plus grande, mais c'est de tous les niveaux. On a de petits hôteliers aussi qui sont touchés », note-t-elle.

Elle dit néanmoins comprendre la position de la Ville de Québec qui a choisi de réviser l'ensemble des comptes de taxes du secteur non résidentiel pour équilibrer les hausses.

Selon l'Association hôtelière, les hôtels de Québec sont parmi les plus taxés en Amérique du Nord en ce qui concerne l'impôt foncier.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.