Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des syndicats s'allient pour faire pression sur Couche-Tard

Des syndicats du Québec et de la Norvège ont décidé d'unir leurs forces pour contraindre Alimentation Couche-Tard (TSX:ATD.B) à reconnaître les droits des travailleurs syndiqués dans ses dépanneurs.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et un syndicat norvégien accusent l'entreprise d'avoir eu recours à des tactiques coercitives pour décourager et retarder l'accréditation syndicale de ses magasins Couche-Tard et Statoil.

Les leaders des deux syndicats se sont rencontrés cette semaine à Oslo pour élaborer leur plan d'attaque.

Le syndicat HK-Norvège, qui représente 263 employés dans plusieurs établissements Statoil, entend demander à Couche-Tard de reconnaître les syndicats qui s'étaient entendus avec les anciens propriétaires de la chaîne.

Le syndicat québécois, qui représente une centaine d'employés dans huit dépanneurs, accuse Couche-Tard de faire obstruction aux employés qui souhaitent se joindre à un syndicat pour négocier leurs conditions de travail.

La CSN reproche aussi à Couche-Tard d'avoir fermé des établissements rentables ou de les avoir transférés à des franchisés pour éviter leur syndicalisation.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.