Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Stade olympique : 826 déchirures sur la toile en 2012

Olympic Stadium, Montreal, 1976. Exterior, Architects: Roger Taillibert. (Photo by Arcaid/UIG via Getty Images)
Olympic Stadium, Montreal, 1976. Exterior, Architects: Roger Taillibert. (Photo by Arcaid/UIG via Getty Images)

L'état de la toile du Stade olympique continue de se dégrader, à en croire les constats établis dans le rapport annuel 2012 de la Régie des installations olympiques (RIO), dont Radio-Canada a obtenu copie.

La RIO a en effet recensé 826 nouveaux défauts ou déchirures sur la toile, à la suite de l'inspection automnale de 2012. En tout, 1240 réparations ont été effectuées pendant cette année.

« Ces essais ont révélé la fragilité de la toile en ce qui a trait à la rupture ainsi qu'une réduction de ses performances structurales (dégradation cumulative de plus de 59 %). » — Rapport annuel de la RIO

« Les dégradations des propriétés mécaniques de la toile sont non négligeables et son vieillissement est plus significatif qu'anticipé », lit-on dans le rapport annuel de la RIO.

En 2010, la RIO relevait que la toile se déchirait 50 à 60 fois par année, perdant 45 % de sa résistance. La situation était telle qu'en 2009, le Service de sécurité incendie de Montréal avait signifié à la RIO qu'il était impératif de revoir le protocole de sécurité pour s'assurer que le public ne risquait rien dans l'enceinte du stade.

Plus récemment, début avril, le comité-conseil sur l'avenir du Parc olympique de Montréal a jugé nécessaire le remplacement du toit du Stade olympique.

Depuis la déchirure de la toile du stade en 1999, aucune activité ne peut se dérouler sur le terrain pendant l'hiver.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.