NOUVELLES
05/04/2013 12:13 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

L'Afrique du Sud lancera une enquête pour de possibles matchs truqués

JOHANNESBURG - Après avoir rencontré la FIFA et sa fédération nationale, le gouvernement sud-africain a décidé de lancer une enquête sur des allégations de matchs truqués impliquant sa sélection dans les semaines avant la Coupe du monde 2010.

Le ministère des Sports sud-africain et la FIFA ont affirmé que les trois parties s'étaient entendues pour la tenue d'une commission longtemps souhaitée afin de faire la lumière sur la corruption qui aurait teinté des matchs de l'équipe nationale quelques semaines avant ce Mondial, présenté en Afrique du Sud.

L'organisation de ce Mondial a été encensée, mais les clairons se font moins entendre depuis que la FIFA a trouvé l'an dernier des preuves «accablantes» au sujet de certains matchs truqués impliquant l'équipe nationale.

L'Association sud-africaine de football (SAFA) a depuis concédé qu'elle avait été infiltrée par des spécialistes du trucage de matchs avant ces rencontres et que certains de ses dirigeants étaient soupçonnés.

Le ministre des Sports sud-africain, Fikile Mbalula, le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, et le président de la fédération nationale, Kirsten Nematandani, se sont rencontrés aux quartiers généraux de la FIFA, vendredi, et ont convenu de la procédure à suivre après des mois de progrès au compte-gouttes.

La FIFA et la SAFA n'ont pas encore identifié de façon certaine quels matchs ont été truqués, mais les victoires de 5-0 face au Guatemala et de 2-1 contre la Colombie, en mai 2010, font sourciller depuis longtemps.

Trois penaltys pour avoir touché le ballon de la main ont été accordés par l'arbitre nigérian Ibrahim Chaibou dans le match face au Guatemala, qui est perçu comme étant le plus problématique d'entre tous. La FIFA veut d'ailleurs interroger Chaibou au sujet de la façon dont il a officié d'autres matchs amicaux en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud au cours desquels un grand nombre de penaltys ont été accordés, apparemment pour se plier aux demandes de parieurs illégaux.

Aucun joueur n'est impliqué dans le trucage de ces matchs. Les doutes pointent surtout vers Wilson Raj Perumal et sa compagnie bidon, qui a assigné les arbitres pour certains des matchs sous enquête. Perumal a déjà été trouvé coupable d'être l'artisan de plusieurs matchs truqués.

Ces allégations portent aussi ombrage à la FIFA, puisqu'elles rapprochent les matchs possiblement truqués beaucoup trop près de son événement-phare que la fédération internationale ne le souhaite.

Les qualifs pour 2014 «sans tache»

Le directeur de la sécurité de la fédération internationale, Ralf Mutschke, croit toutefois que les plus de 500 rencontres de qualification disputées en vue du tournoi de 2014 ont jusqu'ici été exempts de toute tentative de trucage.

Mutschke a déclaré à the Associated Press que la FIFA n'avait pas reçu quelque indication que ce soit laissant croire à un match truqué dans le processus qualificatif. Pas moins de 820 matchs de qualification seront disputés en tout, les derniers en novembre prochain.

«Nous sommes confiants que rien ne se produira au cours des qualifications», a ajouté Mutschke.

Il y a deux mois, Europol a indiqué être affairée à réviser 680 matchs disputés récemment et ayant soulever des doutes, dont des matchs de Coupe du monde. Mutschke a précisé que ces allégations concernant des matchs du Mondial portaient sur des matchs de qualification de tournois précédents, par en vue du Mondial 2014.