NOUVELLES
05/04/2013 08:52 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

La police israélienne en état d'alerte, quelques heurts en Cisjordanie

La police israélienne a déployé d'importants renforts vendredi à Jérusalem-Est, après des manifestations violentes en Cisjordanie ces derniers jours, quelques accrochages se produisant par ailleurs à Hébron, près de Bethléem et de Naplouse.

"Il y a une sécurité renforcée dans et autour la Vieille ville, des officiers de police supplémentaires (...) ont été appelés sur place pour prévenir tout incident", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Il a confirmé que l'accès à l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est occupée et annexée, était réservé aux hommes de plus de 50 ans et aux détenteurs d'une carte d'identité délivrée par Israël. Aucun incident notable n'a été enregistré après la prière hebdomadaire.

L'esplanade, que les musulmans appellent le "Noble sanctuaire" (Haramal-Charif) et les juifs le "Mont du Temple", en référence à l'ancien Temple de Jérusalem détruit par les Romains en l'an 70, est un lieu sacré pour l'islam comme pour le judaïsme et une source de tensions entre les deux communautés.

A Hébron (sud de la Cisjordanie), théâtre d'affrontements violents ces derniers jours à la suite de la mort controversée d'un prisonnier de sécurité palestinien en Israël, la police a dispersé à coups de grenades lacrymogènes des jeunes qui lançaient des pierres après la prière du vendredi, selon l'AFP.

Des heurts ont aussi eu lieu au camp de réfugiés d'al-Aroub, entre Hébron et Bethléem, et dans le village palestinien de Kafr Qadoum, près de Naplouse (nord).

Des violences secouent la Cisjordanie depuis mardi après l'annonce du décès du prisonnier de sécurité qui était atteint d'un cancer.

Cette mort a entraîné une vague de manifestations, lors desquelles deux jeunes Palestiniens ont été mortellement blessés par balles mercredi soir par des soldats israéliens à un barrage militaire dans le nord de la Cisjordanie.

Les trois Palestiniens ont été enterrés jeudi à Hébron et près de Tulkarem.

L'envoyé spécial du Quartette pour le Proche-Orient Tony Blair a déclaré vendredi dans un communiqué être "profondément inquiet par les pertes en vie humaine" et de "la détérioration de la situation sécuritaire sur le terrain", en qualifiant la situation en Cisjordanie de "très volatile".

La colère de la rue palestinienne survient quelques jours avant que le secrétaire d'Etat américain John Kerry n'effectue son troisième déplacement en un mois au Proche-Orient, avec des étapes à Jérusalem et à Ramallah.

scw-vl/agr