NOUVELLES
04/04/2013 09:27 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Transat pourrait imiter Sunwing et recourir à des pilotes étrangers

MONTRÉAL - Le voyagiste Transat (TSX:TRZ.B) pourrait bien imiter son rival Sunwing et recourir à des avions et des pilotes étrangers au cours des prochaines années.

L'entreprise montréalaise a confirmé jeudi qu'elle allait intégrer à sa flotte des petits porteurs Boeing 737, et ce, dès l'an prochain. Transat ne renouvellera donc pas le contrat d'affrètement d'appareils de cette taille qu'elle avait conclu en 2009 avec Canjet, une entreprise de Halifax.

Cette «internalisation» ne devrait toutefois pas créer d'emplois chez Transat, puisque les pilotes et les agents de bord qui seront affectés aux Boeing 737 travaillent actuellement dans les gros porteurs A310 et A330 de l'entreprise, dont le nombre est appelé à diminuer au cours des prochaines années.

Par contre, les mises à pied saisonnières devraient être moins importantes à l'avenir, a indiqué une porte-parole de Transat, Debbie Cabana, au cours d'un entretien téléphonique.

Les Boeing 737 de Transat relient des villes canadiennes à des destinations situées au Mexique, dans les Antilles et en Floride.

Une partie des nouveaux Boeing 737 sera intégrée au parc aérien de manière permanente et une autre le sera de manière saisonnière, en hiver, lorsque la demande est plus forte pour ces destinations. À terme, Transat prévoit disposer de cinq petits porteurs permanents et de six appareils en hiver.

D'ici 2015, Transat prévoit que le nombre d'A310 et d'A330 dans sa flotte passera de 21 à 16, une baisse qui s'explique principalement par la volonté de l'entreprise de réduire sa capacité afin d'augmenter sa rentabilité.

Si la demande le justifie, Transat pourrait toutefois accroître le nombre de gros porteurs dans sa flotte en faisant appel à des compagnies étrangères offrant la location d'appareils et d'équipages pour des durées déterminées.

Transat emprunterait ainsi, du moins en partie, la stratégie adoptée par Sunwing, dont les vols sont en bonne partie effectués par des avions et des pilotes étrangers.

Transat a pourtant contesté devant les autorités réglementaires la généralisation de cette pratique chez Sunwing.

En vue d'intégrer les Boeing 737 à sa flotte, Transat a récemment soutiré des concessions à ses employés. Les quelque 1700 agents de bord de l'entreprise ont ainsi accepté des concessions non salariales évaluées à 9 millions $ par année. Le nombre d'agents de bord dans les A330 passera de 11 à 10.

Selon l'entreprise, l'internalisation des petits porteurs devrait se traduire par des économies de l'ordre de 8 millions $ en 2013, de 15 millions $ en 2014 et de 30 millions $ par année à partir de 2015.

Rappelons qu'Air Canada (TSX:AC.B) lancera cet été son nouveau transporteur à bas prix, Rouge, qui ciblera le marché actuellement dominé par Transat.

Les analystes financiers qui suivent les activités de Transat ont bien accueilli jeudi les changements annoncés par l'entreprise.

L'action de Transat a gagné 3,2 pour cent jeudi pour clôturer à 4,85 $, à la Bourse de Toronto.