NOUVELLES
04/04/2013 12:59 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

La Ligue arabe manque de légitimité, selon le président syrien

Bachar al-Assad a affirmé que la Ligue arabe "manquait de légitimité", en réaction à la décision de l'organisation d'accorder le siège de la Syrie à l'opposition, dans un entretien dont des extraits ont été publiés jeudi sur la page Facebook de la présidence.

"La Ligue arabe manque de légitimité. C'est une Ligue qui représente les Etats arabes, pas les peuples arabes, elle ne peut donc ni accorder une légitimité ni la retirer", a indiqué le président syrien aux journalistes de la chaîne turque Ulusal et du journal turc Aydinlik.

Fin mars, le sommet de la Ligue arabe a accordé à l'opposition le siège de la Syrie, suspendue de l'organisation panarabe depuis novembre 2011 en raison de la répression violente de la révolte. Le chef démissionnaire de l'opposition Ahmad Moaz al-Khatib a pris la parole devant le sommet au nom de la Syrie.

"La vraie légitimité n'est pas accordée par des organisations ou des responsables à l'étranger ou par d'autres pays ... la légitimité est celle que vous confère le peuple", a ajouté M. Assad. "Toutes ces (décisions) théâtrales n'ont aucune valeur à nos yeux".

L'interview avec M. Assad a été menée mardi et sera intégralement diffusée vendredi, selon le site de la présidence syrienne.

Dans de premiers extraits publiés mercredi, le président Assad a accusé le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan d'avoir menti au sujet du conflit en Syrie: "Depuis le début de la crise en Syrie, Erdogan n'a pas dit un seul mot de vrai".

Le gouvernement de M. Erdogan réclame le départ de Bachar al-Assad et soutient les rebelles dans le conflit qui a fait, selon l'ONU, plus de 70.000 morts depuis mars 2011.

Interrogé sur des déclarations en décembre dernier du ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu qui a dit qu'il préférait démissionner plutôt que de lui serrer la main, M. Assad a affirmé: "Ces propos ont peu d'intérêt et méritent pas de réponse. Si lui n'a pas reçu une bonne éducation, moi, dans ma famille, j'ai été bien éduqué".

"S'il n'a rien appris des valeurs que représente le peuple turc, pour ma part, j'ai beaucoup appris du peuple syrien", a-t-il ajouté.

Les troupes de Bachar al-Assad sont engagées contre les rebelles dans une guerre sanglante qui a fait plus de 70.000 morts selon l'ONU.

rim/ram/vl