NOUVELLES
04/04/2013 12:44 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Kenya: le centre Carter a noté des irrégularités dans le scrutin présidentiel

NAIROBI, Kenya - Les élections présidentielles du 4 mars au Kenya ont été marquées par de sérieux problèmes d'ordre technologique, a affirmé jeudi le groupe d'observateurs électoraux dirigé par l'ancien président américain Jimmy Carter.

Les responsables électoraux ont parfois empêché les observateurs de faire leur travail, selon le centre Carter, et la divulgation initiale de résultats inexacts par la Commission électorale du Kenya a influencé négativement la perception de la population à l'égard de l'organisation.

Un manque de transparence a par ailleurs été remarqué en ce qui a trait au décompte des voix à l'échelle nationale.

La Commission électorale a annoncé la victoire d'Uhuru Kenyatta avec 50,07 pour cent des voix. Ce résultat a été contesté par son adversaire et plus proche rival, le premier ministre Raila Odinga, ainsi que par des groupes de la société civile. Il a toutefois été maintenu par la Cour suprême.

Uhuru Kenyatta est accusé par le Tribunal pénal international (TPI) d'avoir aidé à orchestrer les violences qui ont précédé le précédent scrutin, en 2007. Ces accusations ont menacé de porter atteinte à la relation entre le Kenya et l'Occident.

Malgré tout, l'ambassade des États-Unis a annoncé que son ambassadeur assisterait à la cérémonie d'assermentation du président la semaine prochaine. La Grande-Bretagne, l'autre allié occidental majeur du pays africain, n'a pas encore fait part de ses intentions à cet égard.