NOUVELLES
04/04/2013 10:53 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Classes le 25 juin, la CSDM renvoie la balle aux enseignants

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) déplore le rejet par l'Alliance des professeurs de la dernière proposition visant la reprise de la journée de classe du 4 septembre, pour compenser la journée d'école annulée lors des élections générales. Les écoles avaient alors été réquisitionnées pour la journée du vote.

Les professeurs avaient voté majoritairement contre le déplacement de la journée de remplacement prévue le 26 avril par la CSDM, parce qu'on sacrifiait ainsi une journée pédagogique institutionnelle.

Les élèves montréalais du préscolaire, du primaire et du secondaire auront donc des cours le 25 juin afin de respecter le calendrier scolaire, perturbé lors des dernières élections.

Le calendrier scolaire est constitué de 180 jours, comme le stipule la convention collective.

« Nous aurions souhaité éviter aux parents un retour en classe après le 24 juin. C'est une situation inhabituelle pour eux et nous comprendrons l'absence des enfants dont les parents auraient prévu d'autres activités pour ce 25 juin, comme un camp de jour, un service de garde, un voyage ou autre » affirme Daniel Duranleau, président de la CSDM.

Pour Manon Ricard, présidente du Comité central des parents de la CSDM, « c'est incompréhensible. Lorsqu'on discute avec les gens, que ce soit les parents, les enseignants ou nos collègues de la CSDM, personne ne pense que l'école le 25 juin est une bonne idée »

La CSDM a transmis des lettres d'information aux parents et au personnel de la Commission scolaire pour expliquer la situation.

La Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d'écoles publiques du Québec. Elle compte 200 établissements et 16 000 employés.

Elle assure les services éducatifs pour 110 000 élèves, gère les ressources humaines, financières et matérielles et coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.