NOUVELLES
04/04/2013 04:04 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Abbas renonce à toute démarche unilatérale pour complaire à Washington

Le président palestinien Mahmoud Abbas va s'abstenir temporairement de toute démarche unilatérale à l'ONU, notamment de saisir la justice internationale, pour donner une chance aux efforts de paix américains, selon un responsable palestinien.

"Abbas et la direction palestinienne ont décidé de donner une chance aux efforts de (le secrétaire d'Etat américain John) Kerry", a déclaré jeudi à l'AFP ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Pendant deux mois, le président Abbas et l'OLP suspendront toute demande d'adhésion à des organisations internationales, y compris à des instances judiciaires susceptibles de poursuivre Israël, comme le statut d'Etat observateur obtenu en novembre à l'ONU en donnerait le droit, a-t-il affirmé.

Les Palestiniens pourraient ainsi présenter leur candidature à la CPI et à la CIJ (Cour pénale internationale et Cour internationale de justice).

Ce délai devrait permettre à M. Kerry de mettre en place un cadre pour tenter de relancer les négociations israélo-palestiniennes bloquées depuis septembre 2010, d'après des sources proches de l'équipe des négociateurs palestiniens.

Selon ces sources, les Etats-Unis vont proposer aux deux parties un "plan d'action" dans les deux prochains mois.

Le secrétaire d'Etat américain est attendu dimanche dans la région pour s'entretenir avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien.

Le département d'Etat a cependant souligné que John Kerry n'avait pas de plan de paix dans ses bagages et qu'il avait pour seul objectif d'écouter une nouvelle fois Israéliens et Palestiniens.

Lors de sa récente visite avec le président Barack Obama, M. Kerry a insisté auprès de MM. Abbas et Netanyahu sur la "nécessité" de faire la paix entre Israéliens et Palestiniens. Il avait clairement laissé entendre qu'il était "chargé" par le président Obama de ce dossier avec plusieurs voyages à venir dans la région.

Toutefois, a averti le responsable palestinien, si Israël construit sur le site du projet de colonie "E1", entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées, la direction palestinienne reprendra immédiatement ses démarches auprès des agences de l'ONU.

Le projet dans la zone E1 relierait l'implantation israélienne de Maalé Adoumim à des quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est et couperait en deux la Cisjordanie, compromettant la viabilité d'un Etat palestinien.

"La construction dans la zone E1 est une ligne rouge et poser ne serait-ce qu'une seule pierre dans ce secteur (...) détruirait la possibilité d'une solution à deux Etats", a prévenu le responsable palestinien.

En décembre dernier, M. Netanyahu avait réagi au rehaussement du statut de la Palestine de l'ONU en annonçant une relance de la construction dans les colonies, y compris dans le très controversé projet E1.

na-jad-dms/agr/mcl