NOUVELLES
03/04/2013 02:11 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

USA: une élue menacée de mort pour son projet de loi sur les armes

Une élue américaine a indiqué mercredi avoir reçu des menaces de mort pour avoir déposé une proposition de loi visant à renforcer le contrôle des armes aux Etats-Unis, trois mois après le massacre de vingt enfants dans une école de Newtown.

Carolyn Maloney, membre démocrate de la Chambre des représentants, a précisé qu'une personne avait appelé mardi à son bureau de sa circonscription électorale de New York et l'avait menacée au sujet de son texte de législation en cours. Elle en a informé la police.

"Hier, plusieurs menaces de mort ont été proférées par téléphone à mon bureau de New York, en réaction à un texte que j'ai rédigé et qui requiert que les propriétaires d'armes à feu portent avec eux une assurance de responsabilité", a déclaré Mme Maloney dans un communiqué.

"Les appels ont été interceptés par de jeunes stagiaires, qui ont été, cela se comprend, très secoués par l'affaire", a-t-elle ajouté.

Selon le New York Daily News, l'élue de 67 ans a reçu trois coups de fil de menaces qui l'ont inquiétée à tel point qu'elle a raté un dîner en son honneur mardi soir. "Ils ont dit qu'ils allaient me tuer", a-t-elle dit au journal.

Mme Maloney a fortement soutenu les appels du président Barack Obama en faveur d'un renforcement des réglementations sur les armes à feu. Depuis la fusillade de l'école Sandy Hook de Newtown (Connecticut, nord-est) le 14 décembre lors de laquelle 20 enfants et six adultes ont été tués, le président a promis de tout faire pour éviter qu'une telle tragédie se reproduise.

Mais les réformes qu'il appelait de ses voeux se sont heurtées à une forte résistance du Congrès, y compris chez ses alliés démocrates.

Mme Maloney a indiqué que son texte demandait aux propriétaires d'armes d'être en possession d'une assurance de responsabilité "tout comme les propriétaires de voitures, pour donner à d'innocentes victimes de la violence par armes à feu un recours possible si elles sont blessées".

L'élue a assuré que les menaces de mort à son encontre n'allaient pas l'empêcher de faire son travail.

mlm/sam/bdx