NOUVELLES
03/04/2013 06:33 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Nouvelle hausse de tarifs pour le traversier

Les usagers du traversier entre Québec et Lévis doivent assumer une nouvelle hausse des tarifs depuis lundi. Certains commencent à trouver la note salée, puisque depuis 2010, la facture a grimpé de 60 % pour les piétons qui achètent un laissez-passer.

Le 1er avril, le coût du laissez-passer mensuel a grimpé de 4,50 $, passant de 27,50 $ à 32,00 $. Une hausse de 16 % qui s'ajoute à plusieurs autres augmentations. Le même laissez-passer coûtait 20 $, il y a trois ans.

À titre comparatif, durant la même période, les usagers du Réseau de transport de la Capitale (RTC) ont connu une augmentation d'environ 8 %.

La Société des traversiers du Québec justifie ces hausses successives par les coûts plus élevés du carburant et l'imposition d'un gel des tarifs au début des années 2000.

« Il y a un ajustement qui doit être fait en raison des coûts des opérations liés au coût du pétrole et de la gazoline. Aussi, un rattrapage doit être fait pour contrecarrer le gel des tarifs durant quatre années, entre 2002 et 2005 », explique Maryse Brodeur de la Société des traversiers du Québec.

Des explications insatisfaisantes pour l'organisme de défense des droits des utilisateurs des transports collectifs, Accès transports viables. « Il ne faut pas oublier que les gens qui utilisent le traversier participent grandement à désengorger les ponts. Peut-être qu'il y a du rattrapage à faire, mais ça me semble être des augmentations largement exagérées », soutient Étienne Grandmont.

Certains usagers se questionnent. « Je trouve ça beaucoup. Quand j'ai commencé à prendre le traversier en janvier 2012, je payais 25 dollars, après c'était 27  et là c'est 32 dollars. Je ne sais pas si on veut profiter de la situation », s'interroge Donald Desjardins.

D'autres utilisateurs se sentent pris en otage, comme Marianne Boivin qui a décidé de s'établir à Lévis même si elle travaillait à Québec. « Quand j'ai trouvé ma maison, avec le bateau, j'avais la possibilité de pouvoir me rendre à pied au travail. Mais si ça monte de 16 % par année pendant 10 ans, on est faite », déplore-t-elle.

Ces nouvelles hausses rapporteront 340 000 $ de plus dans les coffres de la Société.