NOUVELLES
03/04/2013 02:11 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

L'ouverture d'un bureau des talibans à Doha faciliterait les négociations (Karzaï)

L'ouverture d'un bureau des talibans à Doha pourrait "faciliter" les négociations de paix en Afghanistan, a estimé le président afghan Hamid Karzaï dans un entretien avec la chaîne Al-Jazeera du Qatar diffusé mercredi.

M. Karzaï, qui a discuté dimanche avec l'émir du Qatar de l'ouverture d'un bureau des talibans dans ce pays du Golfe, a dit qu'il tenait à travailler avec les talibans pour établir la paix en Afghanistan avant la fin des opérations de combat de l'Otan prévue l'an prochain.

"Jamais nous n'avons prévu d'éliminer les talibans. Ni moi, ni le peuple afghan, ni le gouvernement afghan", a assuré M. Karzaï, selon des extraits de l'entretien qui doit être diffusé dans son intégralité à 19H00 GMT sur Al-Jazeera English.

"Dès que j'ai été déclaré chef du gouvernement intérimaire (...) J'ai déclaré une amnistie complète pour les talibans (...) leurs dirigeants et tous les autres", a-t-il insisté.

"Et le projet était de les réintégrer dans la société afghane, comme tous les Afghans", a-t-il ajouté, en utilisant le terme "frères" pour désigner les talibans.

Il a estimé qu'un bureau des talibans à Doha pourrait préparer le terrain à des "contacts directs" et faire avancer le processus de paix.

Le président Karzaï a affirmé que les discussions dimanche avec Cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani avaient porté sur les moyens par lesquels le Qatar pouvait "faciliter le processus de paix" en Afghanistan.

Plus tôt cette année, le chef de l'Etat afghan avait rejeté l'idée d'un bureau taliban au Qatar, craignant que son gouvernement ne soit écarté de discussions entre les insurgés et les Etats-Unis. Il avait ensuite changé d'avis.

Les talibans ont toujours refusé de discuter avec M. Karzaï, qu'ils qualifient de "marionnette" américaine.

Mais à moins de deux ans du retrait de la grande majorité des troupes de l'Otan, qui tiennent le gouvernement afghan à bout de bras, la recherche d'un compromis entre les talibans et Kaboul semble l'unique manière d'éviter un nouvel épisode sanglant.

bur/hkb/feb/cnp