NOUVELLES
03/04/2013 01:33 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Élections au Venezuela: l'opposition s'en prend à Maduro et se moque de lui

CARACAS, Venezuela - La campagne électorale vénézuélienne a donné lieu mercredi à des menaces d'accusations d'ingérence de l'armée, mais ces sérieuses allégations ont été éclipsées par des moqueries de l'opposition, qui a fait les gorges chaudes d'une déclaration inusitée du dauphin politique du défunt président Hugo Chavez.

La journée avait commencé avec le dépôt d'une plainte officielle émanant de l'organisation de la campagne électorale du candidat de l'opposition Henrique Capriles. L'un de ses législateurs, Alfonso Maquina, a demandé au conseil électoral vénézuélien de sanctionner ceux qui, au sein des forces armées, accordent leur soutien à Nicolas Maduro.

Selon M. Maquina, le ministre de la Défense, Diego Molero, et le général de la Garde nationale, Antonio Benavides, prévoient avoir recours à des ressources militaires pour intimider les électeurs, particulièrement ceux qui dépendent des services gouvernementaux.

Ces accusations ont été réfutées par l'organisation du parti au pouvoir, qui s'est défendu d'avoir contrevenu à la loi électorale.

Elles ont surtout été occultées par les propos de Nicolas Maduro. Car dans les médias comme dans les rues du pays, on ne parlait que de la plus récente tentative de l'aspirant de faire valoir qu'il existe entre lui et son prédécesseur une relation quasi religieuse.

Nicolas Maduro a en effet affirmé, mercredi qu'un «petit oiseau» lui était apparu alors qu'il faisait ses prières seul, dans une petite chapelle en bois, peu après le décès de Hugo Chavez.

«Il a chanté, et j'ai répondu avec une chanson, et l'oiseau a pris son envol, fait un tour et s'est envolé dans le ciel, et j'ai ressenti l'esprit et la bénédiction du Commandante Hugo Chavez pour cette bataille», a-t-il lancé, ponctuant sa déclaration de petits sons évoquant les battement d'aile et le chant du volatile.

Il a livré ce message lors d'une visite dans la ville natale de l'ancien président, Sabaneta. Depuis le début de la campagne électorale, Nicolas Maduro met beaucoup d'accent sur les liens qui l'unissaient à Hugo Chavez, qui l'avait désigné comme successeur.

Les élections auront lieu le 14 avril. Nicolas Maduro assure l'intérim depuis le décès de Hugo Chavez, qui a succombé à un cancer le 5 mars.