NOUVELLES
03/04/2013 06:47 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Une lancée irrésistible

Les Capitals de Washington représentaient l'équipe de l'heure avant ce match contre le Canadien. Mais il était permis de douter de la qualité des adversaires.

Les hommes d'Adam Oates ont prouvé qu'ils peuvent aussi se payer de grosses pointures en l'emportant 3-2 sur le Tricolore (25-9-5) mardi.

Les Capitals (21-17-2) ont signé un cinquième gain de suite et ont maintenant triomphé dans 9 de leurs 11 dernières sorties pour demeurer en tête de la Division sud-est. La majorité de ces victoires avait toutefois été signée contre des formations de bas de classement.

« On a battu une équipe devant nous. Maintenant, on sait qu'on peut jouer contre les bonnes équipes. On doit juste respecter notre système et on obtient des résultats », a commenté l'attaquant des Capitals Alexander Ovechkin, auteur de son 26e but de la saison, un sommet dans la LNH qu'il partage avec Steven Stamkos.

« C'est énorme, a ajouté le gardien vainqueur, Michael Neuvirth, qui a réussi 27 arrêts. C'est une très bonne équipe, c'est difficile de jouer dans cet édifice et on a bien joué pendant 60 minutes. Ces deux points valent beaucoup. »

Le Canadien conserve le 1er rang de la Division nord-est, mais a maintenant disputé un match de plus que les Bruins, un point derrière.

Séquence à oublier

Lars Eller a donné des sueurs froides aux visiteurs avec son deuxième filet de la soirée avec moins de quatre minutes à écouler à la rencontre, mais les Capitals ont ensuite fermé la porte. Non sans avoir eu chaud toutefois, puisque le Tricolore a bourdonné sans cesse autour de Neuvirth dans les derniers instants.

Après avoir volé la vedette en première période, Carey Price a connu des ratés au deuxième vingt. Le gardien du Tricolore a d'abord été battu par Ovechkin, ce qui n'a rien de gênant en soi, mais sur un tir des poignets sans grande vigueur.

« Je n'ai pas vu le but. La trajectoire était difficile à suivre, mais je vais prendre ce but malgré tout », a commenté le Moscovite.

Sur le jeu, Nicklas Backstrom a obtenu une passe pour prolonger à sept sa séquence de matchs avec au moins un point. Le Suédois en a ajouté une deuxième sur le but de la victoire. Il totalise 13 points au cours des 7 dernières rencontres.

Moins de deux minutes plus tard, Price a été incapable de maîtriser un tir anodin de Jack Hillen, et Eric Fehr l'a battu au vol sur le retour.

Hillen a inscrit un but d'assurance qui s'est avéré crucial en début de troisième période.

« L'intensité n'était pas au même niveau que d'habitude, a jugé l'entraîneur-chef des Montréalais, Michel Therrien. Ça arrive souvent quand tu joues un match avec beaucoup d'émotions comme celui de samedi. On a eu un lent départ et, ensuite, c'était partagé. Ils ont bien travaillé devant leur filet, ils étaient dans les lignes de tir. »

À ce sujet, les patineurs des Capitals ont bloqué 34 tirs du Canadien, dont 7 de Max Pacioretty, étincelant toute la soirée.

Galchenyuk en confiance, Bourque en forme

Eller a mis fin à une séquence de 11 matchs sans but pour le premier filet des Montréalais, au premier tiers. Le Danois a profité d'une gracieuse mise en scène d'Alex Galchenyuk, qui continue à gagner en confiance depuis quelques matchs.

Galchenyuk a fini la soirée avec deux passes, trois tirs au but et plusieurs séquences menaçantes autour du filet adverse.

Rene Bourque revenait au jeu pour le Tricolore. Le gros ailier avait raté les 21 derniers matchs en raison d'une commotion. Ryan White lui a cédé sa place.

Bourque n'a pas paru rouillé, comme en font foi ses 4 tirs et 6 mises en échec en à peine 11 minutes de jeu. Il a amorcé la soirée avec Jeff Halpern et Travis Moen, mais a été muté dans le trio de Tomas Plekanec en troisième période, sans doute pour insuffler un peu d'énergie à une unité qui en arrachait.

À noter :

  • Le Tricolore subit son premier revers de la saison contre les équipes de la Division sud-est (11-1-0).
  • Eller disputait le 200e match de sa carrière.
  • En plus des changements de trios, Therrien a également jonglé avec ses duos de défenseurs au dernier tiers. Il a jumelé Andrei Markov à Francis Bouillon, tandis que Nathan Beaulieu et Davis Drewiske patinaient ensemble.