NOUVELLES
01/04/2013 07:18 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Corée du Nord: les États-Unis déploient dans le Pacifique un radar de défense antimissile

AFP

Les Etats-Unis déploient un radar de défense antimissile balistique pour détecter depuis le Pacifique d'éventuels lancements de missiles nord-coréens, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable américain de la Défense.

Ce radar en bande X, monté sur une plate-forme semi-submersible surmontée d'un énorme radôme, devrait se positionner à l'est du Japon et de là être en mesure de détecter tout lancement et suivre la trajectoire de tout missile lancé depuis la Corée.

Ce déploiement a été qualifié de "routine" par ce responsable sous couvert d'anonymat.

Il a par ailleurs souligné que le déploiement du destroyer antimissile USS McCain (BIEN McCain) était lié à la crise qui agite la péninsule coréenne.

Dans ce qui s'apparente à une diplomatie de la canonnière, les Etats-Unis ont multiplié ces derniers jours les annonces concernant les mouvements d'équipements militaires.

Le Pentagone a ainsi rendu public le vol de bombardiers B-52 et surtout de bombardiers furtifs B-2 au-dessus du territoire sud-coréen ainsi que l'envoi sur la base d'Osan en Corée du Sud de deux F-22 Raptor, les chasseurs furtifs les plus avancés de l'arsenal américain.

Ces deux appareils ne devraient en revanche pas participer à l'exercice annuel "Foal Eagle" américano-sud-coréen, qui doit durer jusqu'au 30 avril, mais être en simple "présentation statique" pour informer les responsables militaires sud-coréens sur ces capacités, selon un responsable de la Défense.

Si la Corée du Nord multiplie chaque jour les déclarations belliqueuses, annonçant ainsi mardi qu'elle redémarrait un réacteur nucléaire mis à l'arrêt en 2007, la Maison Blanche a fait savoir lundi que cette "rhétorique" n'était accompagnée d'aucun geste présageant d'une action militaire d'ampleur.

Le site internet des forces américaines en Corée --où sont stationnés 28.500 militaires américains-- était par ailleurs inaccessible mardi matin, a constaté l'AFP. Le Pentagone n'était pas en mesure d'en préciser la raison dans l'immédiat.

VOIR AUSSI: Les grands moments de la tension nucléaire entre Corée du Nord et le monde

Les grands moments de tension nucléaire entre Corée du Nord et reste du monde