NOUVELLES
25/03/2013 09:24 EDT | Actualisé 25/05/2013 05:12 EDT

Guatemala: des appuis à l'ex-dictateur Rios Montt demande un procès juste

GUATEMALA CITY - Un groupe de soldats à la retraite, accompagnés de leurs proches, ont lancé une campagne de soutien à l'ancien dictateur José Efrain Rios Montt lundi au Guatemala, niant qu'il y ait jamais eu un génocide au pays et exigeant un procès juste et équitable pour l'ex-homme fort.

Environ 24 personnes ont recueilli quelque 5000 signatures en soutien à leur mobilisation. Ils se sont rassemblés devant l'édifice abritant la Cour suprême du pays à Guatemala City, où Rios Montt est traduit en justice relativement à des accusations de génocide et de crimes contre l'humanité.

Les manifestants brandissaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire : «Il n'y a pas eu de génocide ici» et «Respectez la dignité militaire et la vérité historique». Des haut-parleurs hurlaient l'hymne national guatémaltèque et des marches militaires.

Le général retraité Victor Argueta, président d'une association pour des vétérans de guerre, a déclaré que le groupe prévoyait rassembler des signatures un peu partout au pays pour ensuite les soumettre à la Cour suprême.

M. Argueta, qui a aussi été le chef de la garde présidentielle de Rios Montt, a poursuivi en soutenant qu'ils exigeaient un procès juste et équitable conformément à la loi et que rien ne prouvait qu'un génocide ait eu lieu.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, le groupe demandera à certains officiers militaires et experts de l'armée, ayant été actifs pendant la guerre civile au Guatemala, de signer leur pétition.

Rios Montt, âgé de 86 ans, a dirigé le Guatemela entre 1982 et 193, après un coup d'État. Il est accusé relativement à la mort de 1771 personnes, de 1400 violations des droits de la personne et du déplacement forcé de 29 000 autochtones guatémaltèques.

Pendant la guerre civile, qui s'est échelonnée de 1960 à 1996, plus de 200 000 personnes, pour la plupart des Mayas, ont été tués ou portés disparus, tandis que des villages entiers ont été décimés, selon les données des Nations Unies.