NOUVELLES
21/03/2013 01:42 EDT | Actualisé 20/05/2013 05:12 EDT

Le gouvernement Redford accusé de politiser une entité non partisane

Une note interne obtenue par CBC démontre que des employés du Bureau des affaires publiques ont reçu l'ordre d'insérer des « paragraphes passe-partout » dans des communiqués du gouvernement albertain.

Le 22 février, la gestionnaire par intérim du Bureau, Tracy Balash, a donné des directives d'insertion du paragraphe suivant dans les communiqués :

La note explique aussi aux employés du Bureau que tous les messages-clés émergeant des attachés de presse doivent être acheminés à deux membres du cabinet ministériel de la première ministre albertaine, Alison Redford : le gestionnaire d'enjeux Michael Norris et le directeur des communications, Stefan Baranski.

« Il [le gouvernement provincial] a clairement indiqué qu'il passerait son propre filtre politique sur tout ce qui proviendrait du gouvernement », a souligné John Soroski, politologue à l'Université MacEwan. « Je crois que cela fait en sorte que les Albertains remettent en question la valeur de tout ce que le gouvernement leur dit. »

Les partis de l'opposition ont d'ailleurs longtemps accusé le Bureau d'être à la merci du gouvernement conservateur dans le domaine de la communication politique.

Bien que plusieurs ministères soient confrontés à des compressions, le budget du Bureau a fortement augmenté sous le gouvernement Redford. Son budget est passé de 14,2 millions de dollars de 2010 à 2011 à 17,6 millions de dollars de 2011 à 2012. Dans le budget 2012-2013, le gouvernement a réservé 20 millions de dollars pour le Bureau, même s'il prévoit dépenser environ 19 millions de dollars.

Politisation du Bureau des affaires publiques

Un employé du Bureau, qui a préféré garder l'anonymat, a affirmé avoir remarqué que les messages étaient de plus en plus politisés.

Le réseau anglais de Radio-Canada a trouvé 13 communiqués de presse ministériels contenant le paragraphe passe-partout, incluant un récent bulletin d'information de Transports Alberta, simplement destiné à indiquer au public qu'il pouvait obtenir de l'information sur les conditions routières en téléphonant au 511.

La première ministre de l'Alberta a décliné les demandes d'entrevue à ce sujet, mais son directeur des communications a affirmé que les messages n'étaient pas de nature politique.