DIVERTISSEMENT
20/03/2013 06:47 EDT | Actualisé 20/03/2013 08:14 EDT

Dans l'œil du dragon: les monstres de la finance sont de retour

Radio-Canada

Nouveau logo, nouveau décor, nouveaux dragons: la téléréalité Dans l’œil du dragon fait peau neuve pour son deuxième tour de piste à l’antenne de Radio-Canada, qui s’ouvrira le lundi 8 avril prochain, à 20h. Le concept, lui, demeure le même : une kyrielle d’entrepreneurs défileront devant cinq personnalités du monde des affaires pour les convaincre d’injecter de l’argent dans leur compagnie.

À la suite des départs de Normand Legault et de Dany Vachon, qui ont quitté l’aventure en raison de contraintes d’horaires et d’autres motifs personnels, deux nouveaux dragons se joignent cette année à l’émission, Serge Beauchemin et Alexandre Taillefer. Alors que le premier a flirté pour la première fois avec la finance à l’âge de 22 ans, en fondant 3-SOFT, une firme spécialisée dans la revente de logiciels, le second s’est principalement démarqué dans le développement internet et le divertissement numérique. Les deux hommes prendront place aux côtés de Gaétan Frigon, Danièle Henkel et François Lambert, qui ont tous trois regagné leur fauteuil. Paul Houde sera lui aussi de retour à l’animation.

Jadis enregistrée dans la Vieille-Capitale, Dans l’œil du dragon est désormais tournée dans les studios de la société d’état, limites budgétaires obligent. On a également modifié la signature visuelle du jeu, dans le souci de l’uniformiser avec les autres moutures des Dragons partout dans le monde.

Situations amusantes

Cette saison, les dragons négocieront avec près de 80 entrepreneurs ou inventeurs, dont une dizaine âgés de moins de 30 ans.

Expérimentés ou pas, ceux-ci déploieront leurs meilleurs atouts afin d’amadouer le panel de mécènes. Bien sûr, certains profiteront de la tribune télévisuelle pour simplement mousser la visibilité de leur entreprise, et d’autres viendront mesurer la viabilité de leur projet à partir des commentaires de ces professionnels chevronnés, mais d’autres candidats plus sérieux discuteront serré et considéreront réellement les offres de ces «monstres» du commerce. On nous promet un éventail de participants très différents, motivés par des ambitions aux antipodes les unes des autres.

Deux extraits présentés aux journalistes, mardi matin, laissent d’ailleurs présager des moments hauts en couleur. Dans le premier cas, le couple à l’origine de la plateforme Publimaison, un portail de vente de propriétés complètement gratuit, débattra longuement du pourcentage de parts que les dragons intéressés devraient détenir dans leur plan. En total désaccord, l’homme et la femme s’obstineront avec véhémence en coulisses. «Vas-tu me faire coucher sur le divan ce soir?» demandera ironiquement madame à monsieur. Danièle Henkel leur conseillera, avec beaucoup de doigté, de faire attention à leur relation en dépit des affres du boulot.

Puis, un homme plus âgé et très attachant viendra exposer son idée de toilette-bidet sous les fous rires intarissables de son public restreint, à la fois médusé par la création et charmé par le bagout de son interlocuteur. Mentionnons ici que chaque dragon apporte à l’ensemble la couleur qui lui est propre; on avait déjà remarqué la diplomatie de Danièle Henkel, la franchise de François Lambert et l’humour de Gaétan Frigon, mais on apprendra aussi à connaître Serge Beauchemin et Alexandre Taillefer, d’emblée très charismatiques.

Résultats concrets

L’an dernier, des 17 propositions soumises par les dragons, quatre ont abouti à un résultat concret. Les boîtes Tuque-Mitaine (un fabriquant d’accessoires d’hiver), Golden Fish (une ligne de maillots de bain), DRC (une gamme de sous-vêtements féminins) et Bio-Éternel (des cosmétiques) ont bénéficié du support monétaire des juges. Dans les autres pays, une seule entente par année est souvent conclue. Le producteur Jean-François Boulianne n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler que la version québécoise de Dans l’œil du dragon est l’une des plus «gentilles» et des moins sensationnalistes du globe.

Dans l’œil du dragon se divisera ce printemps en 10 épisodes, comparativement à 8 l’an dernier. Une application web sera à la disposition de ceux qui voudront se frotter à l’expérience dans le confort de leur salon.