Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie: aucune preuve d'un recours des rebelles aux armes chimiques (Maison Blanche)

La Maison Blanche a affirmé mardi ne pas disposer de preuves sur une éventuelle utilisation d'armes chimiques par les rebelles en Syrie, et a mis en garde le gouvernement de Bachar al-Assad contre le recours à de tels armements, qui serait "totalement inacceptable".

"Nous n'avons aucune preuve pour soutenir les accusations selon lesquelles l'opposition (syrienne) a utilisé des armes chimiques", a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney.

"Nous sommes profondément sceptiques vis-à-vis d'un régime qui a perdu toute crédibilité. Et nous voudrions aussi mettre en garde le régime contre de telles accusations pour éventuellement couvrir son propre recours à des armes chimiques", a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien.

Le gouvernement du président Bachar al-Assad et les rebelles ont émis mardi des accusations réciproques d'avoir eu recours à de telles armes, les déclarations du régime étant soutenues par son allié russe.

M. Carney, qui a souligné que les Etats-Unis évaluaient toujours les informations de terrain sur l'utilisation de telles armes, a rappelé que le président Obama avait déjà mis en garde depuis des mois le gouvernement syrien contre le recours à son stock d'armes chimiques.

"Nous avons dit clairement que nous étions préoccupés de voir le régime Assad, de plus en plus acculé, réaliser que l'escalade de la violence par des moyens conventionnels ne suffisait pas, même avec le recours barbare à des missiles Scud contre des zones densément peuplées, et qu'il envisagerait d'utiliser des armes chimiques contre les Syriens. Il s'agit d'une grave inquiétude", a développé M. Carney.

"Il est important qu'au moment où les combats s'intensifient en Syrie et que le régime est de plus en plus désespéré, les Etats-Unis et la communauté internationale disent très clairement à Assad que le recours à des armes chimiques serait totalement inacceptable", a-t-il poursuivi.

"Le président (Obama) a été clair et net lorsqu'il a dit que si Assad et ceux qui obéissent à ses ordres faisaient l'erreur d'utiliser des armes chimiques ou de manquer à leurs obligations de les garder en sécurité, alors il y aurait des conséquences et ils devraient rendre des comptes", a insisté le porte-parole.

Son collègue du Pentagone, George Little, a lui a aussi affirmé ne pas "avoir de renseignements à l'heure actuelle pour confirmer les affirmations selon lesquelles des armes chimiques auraient pu être utilisées en Syrie. "Nous continuons évidemment à surveiller la situation", a-t-il ajouté.

tq-mra/mdm

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.