Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Québec: la vaste enquête sur la corruption se poursuivra jusqu'en 2015

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi qu'il prolongeait jusqu'en 2015 les travaux d'une commission d'enquête chargée de faire la lumière sur un vaste système de collusion et de corruption ayant marqué l'octroi de contrats publics dans la province ces dernières années.

Estimant qu'il faut permettre à cette commission d'"aller au fond des choses", le gouvernement de la province a acquiescé à une demande de sa présidente, la juge France Charbonneau, en prolongeant ses travaux de 18 mois jusqu'en avril 2015.

La commission sur "l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction" entend des témoins depuis mai dernier et devait initialement remettre son rapport final en octobre prochain, deux ans après sa création.

La commission, qui s'est surtout intéressée jusqu'à présent à l'attribution des contrats de voirie et d'infrastructures à Montréal, a entendu des témoignages retentissants sur l'existence de liens entre de grands groupes du bâtiment, les milieux politiques et des fonctionnaires municipaux véreux, sous le patronage - payant - de la criminalité organisée.

Ce scandale sur des appels d'offres truqués a notamment conduit à la démission l'automne dernier du maire de Montréal Gérald Tremblay.

En attendant la présentation du rapport final de la commission, le gouvernement lui a cependant demandé de produire, d'ici le 31 janvier 2014, un "rapport d'étape faisant état de l'avancement de ses travaux, des constats qui en découlent, des pistes de solution possibles, de toute recommandation qu'elle jugerait appropriée et des travaux qu'elle prévoit encore accomplir".

jl/bdx

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.