NOUVELLES
19/03/2013 06:47 EDT | Actualisé 19/05/2013 05:12 EDT

Poussière dans Limoilou : le maire inquiet pour la réputation du quartier

Radio-Canada

Le dossier de la poussière de nickel dans le quartier Limoilou a enflammé les échanges, lundi soir, au conseil municipal. Le maire Régis Labeaume craint maintenant que le débat entourant les concentrations de nickel retrouvées dans le quartier nuise à la réputation de Limoilou.

Les craintes exprimées autant par les citoyens que les conseillers de l'opposition durant le conseil municipal ne font qu'alimenter la psychose, selon le maire Labeaume. Il craint notamment que le débat ne nuise aux propriétaires du quartier. « On fait mal à la réputation du quartier Limoilou. S'ils pensent qu'ils font avancer les choses là, ils sauront que juste ce soir la valeur des propriétés a baissé dans Limoilou », a lancé le maire.

L'administration Labeaume dit s'en remettre à la Santé publique qui doit déposer un rapport sur le sujet le mois prochain. Le maire a ajouté que comme dans le dossier de la légionellose, la Ville fournira du personnel à l'équipe de la Santé publique pour l'analyse de données.

Les conseillers du parti Québec Autrement demandent toutefois au maire d'être plus actif et d'exiger sur le champ des explications du port de Québec. « Le maire est responsable de son laxisme dans ce dossier-là », a notamment affirmé le conseiller Yvon Bussière.

Le conseiller Patrick Paquet a ajouté que l'attitude du maire aurait été bien différente si le dossier aurait touché le quartier Saint-Yves où il habite. La remarque a fortement déplu au maire Labeaume. « Il y a une limite qui vient d'être dépassée. On appelle ça de la démagogie pure, et là je pense que ça n'a plus de bon sens », a dit le maire en dénonçant la tournure politique que prenait le dossier.

Pour sa part, le chef de Québec Autrement, David Lemelin, croit que le maire se trompe de cible en s'inquiétant en priorité de la réputation du quartier. « Envoyer un message du type : la valeur de vos maisons dans Limoilou ça m'inquiète, mais votre santé un peu moins : c'est pitoyable ça », a déplore David Lemelin.