Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Aéroport Montréal-Trudeau : les gens d'affaires se plaignent de l'accès et des services

Des gens d'affaires montréalais dénoncent notamment le fait que la reconstruction du rond-point Dorval, qui donne accès à l'aéroport Montréal-Trudeau, s'éternise. Les travaux devaient être terminés l'année dernière.

Mais Transports Québec doit encore s'entendre avec la ville, les compagnies de chemin de fer et les sociétés de transports en commun. Si une entente est conclue, le ministère prévoit alors que les travaux pourront être complétés d'ici 2019.

Le retard dans l'échéancier pose un « énorme problème », explique le président-directeur général d'Aéroports de Montréal, James Cherry. D'autant plus que la zone aéroportuaire, comme c'est le cas dans de nombreuses métropoles, n'est desservie par aucun service de train.

James Cherry rêve depuis des années de la mise en place d'une ligne ferroviaire entre l'aéroport et le centre-ville de Montréal. Il a même fait construire une gare sous le coeur de l'aéroport. Celle-ci fait actuellement office de stationnement, mais M. Cherry espère qu'à long terme, l'espace sera transformé en gare, d'où les passagers pourront débarquer à moins de 100 mètres des comptoirs d'embarquement. « Si on décide aujourd'hui, on peut réaliser quelque chose comme ça à l'intérieur de cinq ans », estime M. Cherry.

Le PDG d'Aéroports de Montréal explique que les changements de gouvernements ralentissent un tel projet. Le libéral Raymond Bachand s'était montré ouvert à l'idée d'un train, du temps où il était ministre, selon James Cherry. Pour le moment, il estime ne pas avoir senti un tel intérêt de la part du gouvernement péquiste.

En entrevue à Radio-Canada, le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a qualifié le dossier de la reconstruction du rond-point Dorval de « prioritaire ». « Nous avons l'intention, dans les semaines qui viennent, d'avoir des choses à dire là-dessus », a-t-il affirmé.

L'aéroport de Calgary en phase de doubler celui de Montréal?

L'aéroport Montréal-Trudeau est le troisième en importance au pays, derrière Toronto et Vancouver. Mais avec 13 millions de passagers par année, il risque de se faire devancer bientôt par Calgary, qui arrive quatrième, avec plus de 12 millions de voyageurs.

Des gens d'affaires montréalais dénoncent l'absence de liens directs vers les marchés émergents et la multiplication des escales à Toronto, ce qui, selon plusieurs, nuit à la croissance de la ville et de l'aéroport.

« Aller aux États-Unis avec un arrêt à Toronto, le seul mot que je puisse dire, c'est l'enfer », lâche l'homme d'affaires montréalais Gaétan Frigon.

Pour le PDG d'Aéroports de Montréal, la réponse est simple : les compagnies aériennes n'offrent pas assez de vols directs à partir de Montréal par souci de rentabilité. « Les transporteurs, ce sont des compagnies privées et elles doivent gagner de l'argent pour les actionnaires », explique James Cherry.

M. Frigon ne comprend pas le raisonnement économique des transporteurs aériens. « Donner un bon service à la clientèle, ça n'a jamais nui à tes actionnaires. Moi, je suis de l'école que tes actionnaires sont bien servis quand tu sers bien tes clients », dit l'homme d'affaires.

Ce qui manque cruellement à l'aéroport montréalais, ce sont des vols directs vers l'Asie, estime M. Cherry, qui tente de convaincre les compagnies aériennes d'aller de l'avant. « Effectivement, notre priorité sur la liste d'attente, c'est d'avoir une liaison directe vers l'Asie », dit-il.

Mais pour pouvoir offrir de tels vols, encore faut-il qu'il y ait assez de passagers, notamment des voyageurs fortunés capables de s'offrir des billets en classe affaires, afin de rendre ces liaisons rentables. La tâche de M. Cherry s'annonce ardue. À titre d'exemple, un allez simple entre Toronto et Pékin coûte environ 6000 $.

Regardez les reportages de Vincent Maisonneuve.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.