Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Nouveau-Brunswick s'interroge sur l'avenir des fonds pour la formation

Le projet du gouvernement fédéral de gérer lui-même le budget qu'il accorde aux provinces pour la formation professionnelle est accueilli avec des questions au Nouveau-Brunswick.

Chaque année, le gouvernement fédéral remet aux provinces environ 2 milliards de dollars pour qu'elles forment des travailleurs spécialisés.

Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, estime que les résultats sont inégaux d'une province à l'autre et il veut maintenant qu'Ottawa gère cet argent pour elles.

« Il faudrait vraiment que le fédéral voie à ce qu'il y ait assez de flexibilité dans le programme pour faire en sorte que chacune des provinces puisse en tirer ce dont elle a besoin pour les défis qu'elle a », recommande Anne Hébert, du Conseil économique du Nouveau-Brunswick.

« S'ils vont introduire un plan qui est peut-être un peu plus compréhensif pour les entreprises, ça peut être de bonnes nouvelles », espère Richard Dunn, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Personne ne sait ce qu'il adviendra de cet argent lorsque le ministre fédéral des Finances présentera son budget, jeudi.

« Je ne sais pas plus que ce que la population du Nouveau-Brunswick sait. On va le savoir quand le budget va être annoncé. On travaille avec la ministre Finley pour [être] sûr que les fonds que nous recevons aujourd'hui continuent à venir dans la province », affirme le ministre de la Formation du Nouveau-Brunswick, Danny Soucy.

Il faudra donc patienter jusqu'à jeudi pour savoir si le gouvernement fédéral dictera aux provinces comment dépenser cet argent.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.