Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le ministre chypriote des Finances se rend à Moscou

Le ministre chypriote des Finances Michalis Sarris se rend mardi à Moscou, les médias locaux affirmant qu'il pourrait y négocier un nouveau prêt russe à l'île à laquelle l'Union européenne a proposé un plan de sauvetage comprenant une taxe sur les dépôts bancaires.

M. Sarris avait indiqué lundi aux journalistes qu'il se rendrait à Moscou mardi pour des discussions avec des responsables russes.

Un plan de sauvetage, conclu dans la nuit de vendredi à samedi entre Chypre, l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), prévoyait une forte taxe sur tous les dépôts bancaires dans l'île. Il a été mal accueilli dans le pays et a semé le trouble sur les marchés.

Le Parlement chypriote doit se prononcer mardi sur ce plan d'aide européen.

La Russie a dénoncé lundi comme "injuste" et "dangereuse" l'idée d'une taxe sur les dépôts bancaires acceptée par Chypre en échange d'une aide internationale, dont le coût représente des milliards d'euros pour les fortunes russes placées sur l'île.

L'agence Moody's a évalué à 19 milliards de dollars les seuls avoirs de sociétés russes placés à Chypre, auxquels s'ajoutent 12 milliards de dollars d'avoirs de banques russes dans des établissements chypriotes.

Avec de telles sommes, la Russie se trouve en première ligne après l'annonce du plan d'aide européen.

Le ministre russe des Finances Anton Silouanov a regretté une décision prise selon lui sans concertation et menacé de revenir sur sa proposition d'assouplir les conditions du crédit de 2,5 milliards de dollars accordé à Nicosie en 2011.

str-jds/sbh/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.