Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Irak: des attentats font 50 morts à la veille des dix ans de l'invasion

Au moins 50 personnes ont été tuées mardi lors d'une nouvelle série d'attentats visant la communauté chiite d'Irak, à la veille du dixième anniversaire de l'invasion du pays.

La situation hautement instable a poussé le gouvernement à reporter de "six mois au maximum" dans deux provinces majoritairement sunnites les élections provinciales prévues le 20 avril.

Ninive et Anbar sont le théâtre depuis fin décembre de manifestations qui réunissent chaque vendredi plusieurs milliers de sunnites, furieux de la "marginalisation" dont ils s'estiment victimes de la part du gouvernement du chiite Nouri al-Maliki.

Les attaques de mardi, pour la plupart perpétrées au moyen de voitures piégées, ont blessé 174 personnes.

Il s'agit de la journée la plus sanglante depuis le 9 septembre dernier, où 76 personnes avaient péri dans des violences.

Dès que les détonations ont résonné dans la capitale, la police et l'armée, dont les barrages sont érigés un peu partout dans Bagdad, ont renforcé leurs contrôles, selon un journaliste de l'AFP.

Au total, quinze voitures piégées, un attentat commis à l'aide d'un engin improvisé et plusieurs assassinats ciblés ont ensanglanté le pays. Les quartiers de Sadr City, Machtal, Zafraniya, Bagdad Jadida, Kazimiya, Chouala, Saïdiya et Mansour, mais aussi la ville d'Iskandariya, à 50 km au sud de la capitale, ont été touchés.

A en croire les autorités, le bilan aurait pu être bien pire. Les forces de sécurité ont assuré avoir arrêté dans la journée 26 activistes équipés de dizaines d'engins explosifs qu'ils comptaient faire exploser dans Bagdad.

Cette vague d'attentats n'a pas été revendiquée, mais les groupes insurgés sunnites, dont Al-Qaïda en Irak, s'en prennent régulièrement à la communauté chiite, à la police et à l'armée.

La violence n'a pas reflué ces dernières semaines, alors que l'Irak s'apprête à marquer dans la plus grande discrétion le dixième anniversaire de son invasion par une coalition emmenée par les Etats-Unis.

La semaine dernière, 87 personnes ont péri dans des attentats.

Et jeudi dernier, des hommes armés sont parvenus à mener une attaque spectaculaire contre le ministère de la Justice en plein Bagdad. L'explosion de trois voitures piégées et l'assaut contre le bâtiment ont fait 30 morts, selon le ministre de la Justice.

Si elles continuent à ensanglanter le pays de façon quotidienne, les violences sont très loin du niveau atteint pendant le conflit confessionnel, entre 2006 et 2008.

Selon un nouveau rapport publié par l'ONG Iraq Body Count, basée en Grande-Bretagne, au moins 112.000 civils ont été tués depuis le début de l'invasion, le 20 mars 2003.

bur-gde/feb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.