Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Exercice mortel en Afghanistan: pas de prison pour l'ex-adjudant Ravensdale

SHILO, Man. - Un soldat aujourd'hui à la retraite reconnu coupable pour son rôle lors d'un mortel exercice d'entraînement en Afghanistan échappe à la prison.

Un juge militaire a souligné la carrière «extraordinaire» de l'ancien adjudant Paul Ravensdale, mardi, lorsqu'il a imposé une peine de six mois de prison avec sursis et une amende de 2000 $, en plus de le rétrograder au rang de sergent.

La poursuite réclamait plutôt quatre années d'emprisonnement.

Selon le colonel Mario Dutil, toutefois, le blâme doit aussi être jeté sur les supérieurs de Ravensdale lorsqu'on lui a confié la responsabilité de diriger l'exercice et de s'assurer que tous les participants étaient en sécurité. Le juge Dutil a ainsi estimé que la chaîne de commandement n'avait pas soutenu l'accusé.

Paul Ravensdale, âgé de 43 ans, supervisait un test de mines antipersonnel près de la ville de Kandahar, il y a trois ans, lorsque l'un des engins a connu un ennui technique et a propulsé des centaines de billes d'acier dans la mauvaise direction. Le caporal Josh Baker, âgé de 24 ans, a été tué dans l'incident; quatre autres soldats ont été blessés.

Ravensdale a été reconnu coupable de quatre accusations, dont manquement à une obligation causant la mort.

Le procureur militaire Tony Tamburro a argué que Ravensdale avait ignoré les règles de sécurité. Une vidéo montre certains soldats se tenant plus près de l'explosif que la distance de sécurité réglementaire, et ce sans protection.

L'exercice était prévu depuis une semaine, et la cour martiale a appris que Ravensdale n'avait jamais consulté le manuel de maniement des armes des Forces canadiennes, ou les instructions de l'engin explosif en particulier.

Deux des supérieurs de Ravensdale ont également été reconnus coupables pour leur implication dans l'accident.

Le major Darryl Watts a été rétrogradé de deux galons, au rang de lieutenant, et écopé d'un blâme sévère pour des accusations de négligence et d'avoir illégalement causé des lésions corporelles. Il fait appel du verdict et de la peine.

Le major Christopher Lunney a plaidé coupable à une accusation de négligence dans l'exécution des tâches. Il a été rétrogradé d'un galon, au rang de capitaine, et a aussi écopé d'un blâme sévère.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.