Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Budget fédéral: Marceau demande à Ottawa de ne pas nuire aux efforts du Québec

QUÉBEC - Le ministre québécois des Finances, Nicolas Marceau, a mis en garde Ottawa mardi contre toute mesure susceptible de nuire à l'atteinte de l'équilibre budgétaire au Québec.

À 48 heures du dépôt du budget fédéral, le ministre Marceau a dit espérer que le gouvernement Harper ne tentera pas d'assainir ses finances aux dépens des provinces.

Les changements apportés au mécanisme des transferts fédéraux ont ramené le Québec à l'époque du déséquilibre fiscal et les «rumeurs» qui circulent en prévision du budget de jeudi ne sont pas rassurantes, a fait valoir le ministre lors d'une conférence de presse.

L'une des principales sources d'inquiétude du ministre Marceau est le sort que réserve son homologue fédéral Jim Flaherty à l'entente sur la main-d'oeuvre qui vient à échéance en 2014.

Cette entente prévoit le versement de 116 millions $ par année au Québec pour des mesures d'employabilité. Son renouvellement est souhaité par l'ensemble des parlementaires qui ont adopté à cet égard une motion unanime la semaine dernière à l'Assemblée nationale.

Le ministre Marceau s'inquiète des signaux en provenances d'Ottawa qui prêtent au gouvernement fédéral l'intention d'intervenir davantage dans la gestion de ces sommes, présentement gérées par Emploi Québec.

M. Marceau espère aussi qu'Ottawa reconduise le programme d'infrastructure «Chantiers Canada» qui arrive à échéance en 2014 et qu'il verse «en bloc» les montants destinés au Québec. Le gouvernement Marois voudrait ainsi mettre la main sur une cagnotte d'environ 4 milliards $ sur une période de sept ans.

«Ces sommes-là sont utilisées dans des champs de compétence du Québec, on parle d'infrastructure municipale, de routes municipales, d'écoles, d'hôpitaux. Et nous croyons que le gouvernement fédéral devrait nous transférer (les sommes) en bloc pour plein de raisons qui ont à voir avec la simplicité administrative», a déclaré M. Marceau.

Les orientations budgétaires fédérales n'auront pas d'impact immédiat sur les finances publiques québécoises mais pourraient compliquer la tâche du gouvernement à compter de l'an prochain, a souligné le ministre.

«Maintenant, il se pourrait que des annonces faites après-demain aient des répercussions sur la suite des choses en 2014-2015 et les années suivantes, auquel cas je devrai, oui, apporter des changements, faire des modifications», a-t-il dit.

Ce que le gouvernement fédéral doit surtout éviter, a poursuivi le ministre, c'est de mettre des bâtons dans les roues du Québec pour l'atteinte du déficit zéro en 2014.

«M. (Stephen) Harper a déjà dit qu'il ne voulait pas assainir les finances publiques fédérales sur le dos des provinces. Alors, je compte sur le fait que ça ne sera pas le cas dans le budget de jeudi», a-t-il soulevé.

LES DERNIERS BUDGETS PROVINCIAL ET FÉDÉRAL:

INOLTRE SU HUFFPOST

Les faits saillants du 1er budget Marceau
Les faits saillants du budget 2012

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.