Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bruit de l'autoroute Laurentienne : une étude confirme les impacts

Une étude donne de nouvelles munitions aux résidents du secteur Charlesbourg qui se plaignent depuis des années des inconvénients causés par le bruit de l'autoroute Laurentienne.

Une chercheuse de l'Université d'Ottawa, Chantale Laroche, confirme que le bruit a des impacts sur la santé des résidents et nuit à leur qualité de vie. L'étude a été réalisée à la demande des citoyens qui ont obtenu le feu vert en juillet 2011 pour intenter un recours collectif de 50 millions de dollars contre le ministère des Transports.

La chercheuse constate notamment que les résidents ne peuvent profiter pleinement de leurs cours ou de leurs piscines et que les conversations deviennent souvent difficiles à l'extérieur. Le bruit incessant perturbe aussi le sommeil et peut provoquer du stress et de l'agressivité. La chercheuse a enregistré pendant plusieurs semaines les niveaux de bruits dans le quartier pour en venir à ces conclusions. Elle constate d'ailleurs qu'ils dépassent largement les limites de décibels prescrites par Organisation mondiale de la santé, autant la nuit que le jour.

L'avocat des citoyens, Me Michel Chabot précise que les conséquences néfastes du bruit pour les citoyens est un réel fardeau dans leur quotidien. « Les gens ont de la difficulté à dormir. Ils doivent constamment augmenter le bruit de la télévision et parler plus fort parfois », note-t-il.

Les citoyens qui demeurent entre la rue de l'Atrium et le boulevard Jean-Talon réclament aux autorités des mesures pour atténuer le bruit depuis plus de 30 ans. La Ville de Québec et le ministère des Transports se sont engagés l'été dernier à construire mur végétal sur plus de 200 mètres de longueur pour corriger la situation. La construction est prévue à l'automne 2013.

Me Michel Chabot précise toutefois que même si le mur végétal atténue le problème, les citoyens vont poursuivre leur démarche pour réclamer des dommages au ministère des Transports.

Près de 1000 résidents sont visés par le recours collectif.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.