Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Anticosti : les forages pétroliers contestés en cour

Le Centre québécois du droit de l'environnement s'adresse aux tribunaux pour faire cesser les forages sur l'île d'Anticosti.

Selon la requête déposée en Cour supérieure, les firmes Pétrolia et Junex ne détiendraient pas les autorisations prévues en vertu de la Loi sur la qualité de l'environnement.

Le recours juridique se base sur un avis du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), selon lequel de telles activités devraient au préalable être autorisées et réglementées par le ministère de l'Environnement.

Le vice-président du Centre québécois du droit de l'environnement, Michel Bélanger, soutient que toute activité de forage de pétrole et de gaz de schiste est maintenant conditionnelle à l'obtention d'un permis.

Réplique de Pétrolia

De son côté, le président de Pétrolia, André Proulx, estime que le Centre québécois du droit de l'environnement lui fait un procès d'intention.

Il affirme que sa compagnie n'a pas besoin d'autorisation pour mener ses activités d'exploration sur l'île d'Anticosti et qu'elle se conforme à la loi.

« On est allé faire des sondages sur Anticosti. On n'a pas reçu des autorisations, mais des lettres des ministères qui disent qu'on n'a pas besoin d'autorisation pour faire ça », explique André Proulx.

La société rimouskoise Pétrolia effectue des travaux d'exploration sur l'île d'Anticosti depuis 2008 alors que Junex y est depuis 2009. De nouveaux forages sont prévus en 2013.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.