NOUVELLES
18/03/2013 05:20 EDT | Actualisé 18/05/2013 05:12 EDT

Ottawa annonce des règles de sécurité plus sévères pour les pétroliers

PC

VANCOUVER - Le gouvernement fédéral a annoncé lundi des changements visant à améliorer la sécurité des pétroliers, dans le but de récolter davantage d'appuis pour son projet controversé d'exportation de pétrole depuis la côte de la Colombie-Britannique.

Ces changements comprennent notamment la mise en place d'inspections annuelles des navires pétroliers et une augmentation de la surveillance aérienne, ainsi que des mesures plus strictes en matière de prévention de la pollution et d'interventions en cas de déversement là où on manipule les hydrocarbures.

Des amendes seront distribuées et Ottawa créera un comité d'experts pour revoir le régime actuel et proposer des améliorations.

Le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, et celui des Ressources naturelles, Joe Oliver, ont fait l'annonce de ces mesures lundi à Vancouver, terminus de l'oléoduc TransMountain, dont la compagnie Kinder Morgan veut doubler la capacité au cours des prochaines années.

Le gouvernement fédéral veut également désigner davantage de ports comme des «ports publics» pour y réglementer la circulation. Le premier à obtenir cette désignation sera le port de Kitimat, près des côtes de Colombie-Britannique, où Enbridge veut construire son port pour le projet Northern Gateway. Cet oléoduc doit acheminer le brut des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à la côte Pacifique, afin de l'exporter ensuite par superpétroliers vers l'Asie.

L'augmentation du trafic de pétroliers fait l'objet de vifs débats en Colombie-Britannique. Le gouvernement libéral a indiqué qu'un plan d'intervention pour répondre à un éventuel déversement pétrolier devra être mis en place avant que la province ne donne son appui au projet Northern Gateway.